« Pour l’hivernage aussi il y a des cas particuliers »

L‘hivernage, je l’ai déjà traité dans plusieurs articles différents. Mais comme souvent, là aussi il y a quelques cas particuliers. Alors voyons les dans les détails pour que vous sachiez comment les aborder.

l'hivernage d'une hors sol

Préparez votre piscine hors sol pour l’hivernage

1/ L’hivernage des piscines hors sol

1-1/ Les piscines hors-sol gonflables ou auto-portantes

Ce type de piscine nécessite un traitement un peu particulier en lieu et place du classique hivernage de votre bassin. Effectivement ces dernières ne supportent que très mal les rudesses de l’hiver. Il vous faudra donc procéder à leurs démontages pour passer la mauvaise saison dans les meilleures conditions possibles.

Les étapes sont donc simples.

  • Vider votre bassin,
  • Nettoyez-le soigneusement,
  • Séchez-le bien,
  • Stockez le tout dans un endroit sec et à l’abri des intempéries.

Concernant votre filtration, il vous faudra la vidanger, nettoyer votre filtre et ranger l’ensemble (filtre et pompe), dans un endroit sec et à l’abri du gel jusqu’au printemps prochain.

1-2/ Les piscines hors sol en structures (bois, acier, tubulaire, …)

En toute logique, vous devriez pouvoir de choisir l’hivernage que vous souhaiteriez effectuer. Actif ou passif en fonction de votre région, tout comme pour une piscine enterrée. Je vous recommande cependant fortement de procéder à un hivernage passif.

Ceci vous permettra de mettre à l’abri, dans un endroit sec et protégé du gel, les éléments plus sensibles qui composent votre système de filtration (pompe, filtre, tuyaux, …).

Pensez également à démonter et à ranger ceux qui le sont un peu moins. Je veux parler de tous les accessoires comme l’échelle, le plongeoir, …. Il est préférable de les ranger également.

Pour finir, installez une bâche de protection sur votre bassin afin de le protéger pendant l’hiver.

2/ Le volet immergé

Cet accessoire, composé de 2 éléments principaux, le volet immergé et la fosse, nécessite un entretien régulier afin de garantir son bon fonctionnement. Dans le cadre de cet entretien, le nettoyage, au minimum 2 fois par an, est un passage obligé.

Je sais, ce dernier est souvent fastidieux, mais pourtant indispensable.

Je vous conseille de réaliser cette opération lors de l’hivernage et de l’estivage de votre piscine.

Passons en revue ensemble les 2 étapes de ce nettoyage.

2-1/ Le nettoyage du tablier

Commencez par enlever les saletés accrochées dans les interstices des lames à l’aide d’un aspirateur à eau. Le plus pratique est d’effectuer cette opération en déroulant votre volet.

Les plus grosses saletés sont enlevées ?

Utilisez maintenant une éponge douce avec un produit pour ligne d’eau ou une éponge magique pour éliminer les traces incrustées sur les lames ou entre ces dernières.

Cette fois c’est en enroulant à nouveau progressivement votre volet qu’il sera plus aisé d’effectuer cette opération.

2-2/ Au tour de la fosse

Bon, vous allez devoir attaquer la partie la plus pénible.

Il s’agit là de nettoyer le fond et les parois de celle-ci. Vous allez utiliser votre balai aspirant manuel ou mieux encore, équipez-vous d’un balai aspirant autonome. Comme ces balais sont équipés de sac pour récupérer les saletés, ils vous éviteront d’encrasser le média de votre système de filtration.

Puis comme pour le volet, utilisez par exemple une éponge magique pour enlever les traces qui se sont formées au niveau de la ligne d’eau à l’intérieur de la fosse.

2-3/ 2 conseils

Vous avez fini le nettoyage de votre volet ?

Il ne vous reste plus qu’à le fermer pour passer un hiver tranquille.

  • À l’automne tombent les feuilles … qui glissent entre votre volet et la paroi de votre piscine. Un petit conseil, installez un filet d’hivernage. Vous éviterez ainsi ce désagrément.
  • En hiver il fait froid, voire très froid. Si votre volet devait être pris dans la glace, ne touchez à rien. Briser la glace ou chercher à l’ouvrir ne ferait que l’abîmer, tout comme vous détérioreriez également le revêtement de votre piscine.

3/ Le cas des alarmes

Voilà un accessoire qui ne supportera pas la saison hivernale. Je vous conseille donc fortement de l’enlever afin de le ranger au moment ou vous effectuez l’hivernage.

Mais maintenant votre bassin n’est plus protégé … avec tout ce que cela implique.

Il est donc indispensable de vous équiper d’un autre système de sécurité normalisé. Dans ce cas, ce sera souvent une bâche d’hivernage de sécurité.

4/ Les automatisations

4-1/ Pompe à injection

Dans les articles traitant de l’hivernage, je vous indique qu’il faut arrêter ces appareils et ranger les sondes associées.

Mais pensez également à retirer la crépine d’aspiration du bidon de produit (traitement ou pH). Rincez là bien et protégez là de la poussière jusqu’à la remise en route de votre piscine.

4-2/ Electrolyse au sel

Lorsque la température de votre eau passe sous les 16°C, il est recommandé de stopper votre électrolyseur.

Cependant, il n’est pas encore temps d’effectuer l’hivernage. Il faudra attendre que la température de l’eau descende jusqu’à 12°C.

Mais alors, que faire en attendant ?

Traitez votre piscine avec de l’hypochlorithe de calcium ou un chlore lent. L’avantage du 1er est qu’il ne contient pas de stabilisant, mais nécessitera une surveillance plus fréquente.

4-3/ Traitement aux UV

Continuer à traiter normalement votre bassin jusqu’à l’hivernage. Lorsque vous réaliserez celui-ci, pensez simplement à retirer la (les) lampe(s) UV, nettoyez et stockez-les selon les préconisations du fabricant.

5/ Vos systèmes de chauffage

Il en existe un certain nombre, mais les seuls nécessitant votre attention, au nombre de 2, sont ceux situés à l’extérieur.

5-1/ Votre pompe à chaleur

Vous vous en occuperez en même temps que votre système de filtration lorsque vous ferez votre hivernage passif.

L’hivernage de celle-ci se fera en 3 étapes simples :

  • l’arrêter,
  • vidanger complètement les canalisations et l’échangeur hydraulique,
  • Mettez-la ensuite hors tension.

Une dernière chose, afin de la préserver des intempéries, recouvrez là à l’aide d’une bâche de protection.

5-2/ Votre système solaire

Tout comme pour la pompe à chaleur, vous devrez purger votre circuit de chauffage et donc vidanger vos différents capteurs solaires.

Si vous le pouvez, je vous conseille même de les démonter afin de les ranger à l’abri dans un endroit protégé des intempéries. Bien évidemment ceci ne sera possible qu’avec des capteurs souples que vous aurez posé le temps de la saison de baignade.

Si vous êtes équipé d’une pompe de relevage pour faire circuler l’eau dans vos capteurs solaires, vous devrez la purger également, puis prévoir de la stocker, après démontage, au sec et à l’abri des intempéries.

[php snippet=5]

6/ Ça y est, tout est prêt

Votre piscine est maintenant fin prête à affronter les affres de l’hiver.

Et pour vous il n’y a plus qu’à attendre le printemps pour procéder à l’estivage puis … les baignades ;-).

Cet article vous a été utile ou vous a plu ?

 

Mon souhait est de vous apporter de l’information utile et accessible à tous.

Si cet article n’a pas répondu à vos attentes, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires ci-dessous ou à l’aide la page Contactez-moi.

Vos remarques m’aideront à vous proposez des articles toujours plus en adéquation avec vos attentes.

Vous avez aimé l'article ?      

D’avance merci. 😉

Crédit photos : © piscine-center.fr

[php snippet=2]

« Le produit d’hivernage, ça sert à quoi ? »

Dans mes articles présentant la mise en hivernage de votre piscine, je vous parle souvent d’utiliser un produit d’hivernage. Mais quel est exactement son rôle ? Pourquoi est-il si important d’en utiliser et dans quel cas ? Et comment choisir un bon produit ?

Voilà certaines des questions que vous pourriez vous poser et auxquelles je vais vous répondre.

produit d'hivernage

Un produit d’hivernage quelque soit votre hivernage

1/ Le produit d’hivernage

C’est certainement le produit le plus important lorsque vous préparez votre piscine pour l’hiver.

Son rôle est simple :

Vous permettre de retrouver une piscine claire et saine au moment de l’estivage afin de vous éviter une fastidieuse mise en route au printemps (piscine trouble ou verte, …).

Pour pouvoir tenir ce rôle, le produit d’hivernage est un produit de protection multiactif, concentré et hyperactif.

Il a principalement 2 caractéristiques :

  • Algicide et bactéricide, il évite le développement des algues et bactéries durant l’hiver.
  • Anti calcaire, il évite les dépôts de calcaire et de minéraux dissous, sur les parois de votre piscine.

À ces 2 caractéristiques se rajoute une 3ème : un effet longue durée.

Ce dernier lui permet de stabiliser l’eau durant tout l’hiver, sous réserve que la température de celle-ci reste bien sous les 15°C.

Ces 3 actions du produit d’hivernage vous permettent une remise en route facilitée au printemps prochain.

À noter :

Le phénomène le plus important à combattre pour votre produit d’hivernage est l’apparition de calcaire. Non seulement le calcaire provoque une turbidité de l’eau, mais surtout il est à l’origine de l’entartrage des parois de votre piscine.

Elles deviennent alors rugueuses, favorisant l’incrustation des impuretés et surtout la prolifération des algues.

2/ Dans quel cas et comment utiliser votre produit d’hivernage

Vous allez effectuer votre hivernage ?

2-1/ Pour commencer

Le 1er point à vérifier, quel que soit le produit choisi : la température de l’eau de votre piscine.

Au-dessus de 15°C, le produit d’hivernage perd toute son efficacité. N’effectuez donc pas votre hivernage trop tôt . Assurez-vous tout d’abord que la température de votre piscine restera bien durablement sous les 15°C.

Dans le cas contraire, il vous faudra remettre du produit d’hivernage.

Côté pratique, il est préférable d’attendre que la température de votre eau reste durablement sous les 12°C.  Vous serez ainsi assuré de l’efficacité de votre produit d’hivernage. De plus, à ce niveau de température, le développement des algues et autres bactéries est fortement ralenti voire même stoppé.

2-2/ On continue

Ensuite, quelque soit votre mode d’hivernage, actif ou passif, vous pourrez utiliser un produit d’hivernage.

Si procéder à un hivernage passif, l’utilisation d’un produit d’hivernage est indispensable. En vous inscrivant au blog, vous pourrez télécharger une check-list qui vous guidera pas à pas pour la réalisation de votre hivernage passif. Elle vous indiquera notamment quand et comment utiliser votre produit d’hivernage.

Une fois votre hivernage passif réalisé, fermez votre piscine avec une bâche d’hivernage ou une couverture à barres, mais toujours opaque. Elle évitera le phénomène de photosynthèse, propice à la prolifération des algues et permettra d’éviter de souiller votre eau (feuilles, poussières, débris, …) pendant la période hivernale.

Dans le cas d’un hivernage actif, même si celui-ci n’est pas indispensable, il est fortement recommandé d’utiliser un produit d’hivernage. Votre piscine n’en passera que mieux l’hiver.

Sachez également que le meilleur moment pour filtrer lors d’un hivernage actif est le matin, au lever du soleil.

3/ Et concernant l’efficacité de votre produit d’hivernage ?

Comme toujours avec les produits d’’entretien de l’eau de votre piscine, il est important de choisir un produit d’hivernage de qualité.

Il convient donc de préférer les produits de marques connus et reconnus aux produits en marque blanche ou bon marché. Les prix bas de ces derniers sont le reflet d’une faible concentration de matières actives présentes dans le bidon et donc d’une efficacité moindre voire même souvent insuffisante.

Gardez à l’esprit que le produit d’hivernage que vous allez utiliser sera le garant de la qualité de l’eau de votre piscine durant tout l’hiver.

Un produit de qualité supérieure sera donc plus stable, moins toxique et bien plus efficace.

Parmi ceux-ci, il est préférable d’éviter les produits contenant du sulfate de cuivre et de l’EDTA. De même, privilégiez un produit dit « non moussant ».

Concernant le sulfate de cuivre, on l’aime pour ses vertus algicides. Mais il a aussi beaucoup de défauts.

  • Le premier est la coloration irréversible de votre revêtement par des taches brunes, souvent au niveau de votre ligne d’eau.
  • Ensuite, il peut être à l’origine d’autres effets comme le colmatage des filtres à diatomées, des irritations cutanées ou d’allergies.

[php snippet=5]

4/ En conclusion

Peu importe votre type de traitement (chlore, brome, PHMB, sel, oxygène actif, …) ou votre système de filtration. Les produits d’hivernage présentent une compatibilité totale quel que soit votre traitement.

Par contre, il est important de ne pas confondre le produit d’hivernage avec un antigel. Ce sont 2 produits totalement différents.

  • Le produit d’hivernage est un produit qui n’est pas nocif. Si la température le permettait, vous pourriez même vous baigner.
  • Ce n’est absolument pas le cas des produits antigel. Ce sont des produits extrêmement toxiques. De plus, pour qu’ils fassent effet avec tellement d’eau, il en faudrait une énorme quantité.

Dans le cas d’un hivernage actif, en plus du produit d’hivernage et pour plus de sécurité, je vous conseille d’installer un coffret antigel.

En ce qui concerne le dosage des produits d’hivernage, il n’y a pas de règle toute faite. En fonction des marques, les concentrations en matières actives diffèrent. De ce fait, le dosage sera donc à ajuster selon la marque que vous aurez retenue et bien évidemment selon le volume d’eau de votre piscine. Reportez-vous donc systématiquement à la notice explicative.

C’est tout de même plus facile d’utiliser un produit lorsque l’on connaît son fonctionnement ?

Pour le produit d’hivernage, maintenant vous savez ! 😉

Cet article vous a été utile ou vous a plu ?

 

Mon souhait est de vous apporter de l’information utile et accessible à tous.

Si cet article n’a pas répondu à vos attentes, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires ci-dessous ou à l’aide la page Contactez-moi.

Vos remarques m’aideront à vous proposez des articles toujours plus en adéquation avec vos attentes.

Vous avez aimé l'article ?      

D’avance merci. 😉

[php snippet=2]

« Quels accessoires pour votre hivernage »

L’hivernage vous connaissez ! Vous avez lu les différents articles traitant de ce sujet sur sa-piscine. Si ce n’est pas le cas, je vous propose de les retrouver en suivant ce lien, ou celui-ci.

Dans ces articles, je vous demande d’utiliser des accessoires comme des bouchons, des flotteurs, … ou des traitements comme du produit d’hivernage ou du nettoyant pour filtre.

accessoires d'hivernage

accessoires d’hivernage

Mais quels sont exactement leurs rôles ?

Pourquoi sont-ils indispensables ?

1/ Présentation des accessoires piscines

Le rôle premier des accessoires nécessaires à la mise en hivernage de votre piscine :

la protéger contre les méfaits liés au gel.

Ils permettent d’éviter les détériorations qui pourraient résulter de ce dernier (déformation de la piscine, canalisation qui éclatent, fissure des parois ou du skimmer, …). Ils vous permettent par conséquent de vous prémunir contre les réparations d’un coût souvent très élevé.

Commençons par l’accessoire le plus connu.

1-1/ Le flotteur d’hivernage

Son rôle est simple : absorber la pression développée par l’eau lorsqu’elle gèle.

Ainsi, plutôt que de provoquer une poussée sur les bords du bassin et ainsi risquer une détérioration, cette  pression s’effectuera sur les flotteurs.

Concrètement, c’est un élément d’environ 50 cm, en matière plastique, composé de 2 chambres indépendantes.

  • La chambre supérieur, remplie d’air, lui permet de flotter. Cette dernière est compressible et va se déformer sous l’action de la pression exercée par la glace en formation (augmentation du volume de l’eau due au gel). Elle absorbera cette pression, évitant qu’elle ne se reporte sur les parois de votre bassin. Vous limitez ainsi les risques de dégâts au niveau du revêtement, de la structure ou de vos margelles.
  • La seconde, située sous la 1ère, contient un lest, souvent du sable. Elle permet de maintenir immergé une partie du flotteur afin de le garder droit et d’éviter que la glace en formation ne passe sous celui-ci. Ceci aurait pour effet de le rendre inutile. Je rappelle que la pression de la glace doit s’effectuer sur le flotteur afin qu’elle soit absorbée par ce dernier.

Dans la pratique, vous allez mettre en place une rangée de flotteurs, attachés entre eux par des crochets « S ».

En fonction de la forme de votre piscine, vous aurez une ou plusieurs « ligne de flotteurs ». Pour une piscine de forme plus ou moins rectangulaire, celle ligne de flotteurs sera positionnée dans une des diagonales de votre bassin. Elle sera alors fixée au niveau de 2 angles de votre bassin.

Dans les régions très froides, il peut être insuffisant de mettre uniquement une ligne de flotteurs dans la diagonale. Je vous recommande alors de placer une ligne de flotteur dans la longueur et une autre dans la largeur de votre bassin.

Mais quel nombre de flotteurs devez-vous mettre ?

Tout d’abord, calculez la diagonale de votre bassin. Pour un bassin rectangulaire, celle-ci ce calcul de la manière suivante :

Diagonale = √(longueur ² + largeur ²)

À l’aide de celle-ci, vous pourrez alors déterminer le nombre de flotteurs nécessaires :

Nombre de flotteurs = diagonale / taille d’un flotteur

Illustrons par un petit exemple :

Pour une piscine de 8m x 4m.

Diagonale = √(8² + 4²) = √(64 + 16) = √80 = 8,94

Nombre de flotteurs = 8,94 / 0,50 = 17,88, soit 17 flotteurs de 50 cm.

1-2/ Le bouchon d’hivernage

Voilà un autre accessoire, le bouchon. Ok, mais pour boucher quoi ?

C’est tout simple. Lorsque vous faites un hivernage passif, vous mettez à l’arrêt votre piscine. Mais si les températures deviennent négatives durant cette période, l’eau va geler.  Lors de la mise en hivernage, il vous faudra donc évacuer un maximum d’eau contenue dans les éléments sensibles de votre piscine.

Parmi ceux-ci vous avez les canalisations.

Vous allez donc les purger. Il vous faudra ensuite vous assurer que l’eau ne rentre pas à nouveau dans celles-ci avant la mise en route le printemps prochain. Pour ce faire, vous allez les bouchez avec … des bouchons d’hivernage.

Celui-ci se présente avec une forme légèrement conique et est doté d’une vis papillon sur le dessus. Cette dernière vous permettra de le serrer lors de sa mise en place afin qu’il soit bien maintenu. Selon la dimension de vos canalisations vous utiliserez des bouchons de tailles différentes. Les plus courantes étant 1’’, 1’’ 1/2, ou 2’’.

Au final, ce sont 2 types de canalisations que vous allez être amenés à boucher. Les buses de refoulements et la prise balai. Le nombre de bouchons dépendant ensuite du nombre d’éléments à boucher.

1-3/ Le gizmo pour le skimmer

Ne vous inquiétez pas. Sous cet accessoire au nom barbare ne se cache qu’un simple bouchon ayant une  utilité bien spécifique.

Dans le chapitre précédent, je vous indiquais qu’il fallait vidanger les canalisations puis les obturer avec un bouchon.

Ceci est aussi vrai pour la canalisation qui est reliée au skimmer. Seulement même si vous bouchez l’accès à la canalisation, vous n’empêcherez pas le skimmer de se remplir d’eau. Cette dernière va donc geler lors de températures négatives.

Il vous faut donc un bouchon :

  • pour empêcher l’eau d’entrer dans la canalisation reliant le skimmer une fois celle-ci purgée.
  • mais aussi d’être en mesure d’absorber la pression de la glace en formation dans votre skimmer. Ceci afin qu’il ne se fende pas.

Ce sont justement les 2 rôles du gizmo.

Cet accessoire prend la forme d’un tube plastique semi-rigide et creux. Il va se déformer pour absorber la pression de la glace et comporte un filetage permettant de le visser sur le skimmer afin d’en obturer l’accès.

Un accessoire 2 en 1 !

Après le flotteur pour absorber la pression de la glace et le bouchon pour étanchéifier les canalisations, le gizmo permet, lui, de remplir ces 2 rôles.

2/ Et pour l’hivernage actif ?

2-1/ Le coffret hors-gel

Les accessoires que je vous ai présentés ci-dessus vous seront utiles si vous pratiquez un hivernage passif.

Mais  votre région vous permet peut-être de réaliser un hivernage actif ?

Vous n’êtes cependant pas à l’abri d’un coup de froid qui risquera de provoquer le gel de votre eau entre 2 périodes de filtration.

Il existe un moyen de vous prémunir contre ce risque.

  • Vous équipez d’un coffret hors-gel.

Celui-ci va piloter la mise en route « hors cycle » de votre filtration dès que la température extérieure passe sous le point de consigne que vous aurez programmé, à savoir 0 degré en général. Votre filtration passera alors en mode marche forcée aussi longtemps que la température sera sous cette consigne.

Avec une filtration en marche et donc une eau en mouvement, vous éviterez la formation de glace, aussi bien dans votre piscine que dans vos canalisations.

Le coffret hors-gel est donc une solution simple et peu couteuse pour vous assurer la tranquillité durant l’hiver.

[php snippet=5]

3/ Que du bon, dans la prévention

Comme souvent dans le cadre des piscines privées, quelques actions de prévention, souvent simples et peu couteuses, permettent de vous prémunir contre de potentiels gros dégâts causés par les intempéries.

Alors n’hésitez pas. Equipez-vous des accessoires nécessaires, passez sereinement l’hiver et retrouvez votre piscine intacte au moment de votre estivage.

Cet article vous a été utile ou vous a plu ?

 

Mon souhait est de vous apporter de l’information utile et accessible à tous.

Si cet article n’a pas répondu à vos attentes, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires ci-dessous ou à l’aide la page Contactez-moi.

Vos remarques m’aideront à vous proposez des articles toujours plus en adéquation avec vos attentes.

Vous avez aimé l'article ?      

D’avance merci. 😉

[php snippet=2]

GRATUIT !
Ne manquez jamais un article !



* champs obligatoires


VOS cadeaux de bienvenue :
ebook en cadeaux

Comme des poissons dans l’eau.

Catégories

Archives