«Ça sent mauvais, c’est nocif et ça s’appelle les chloramines !»

Les chloramines ! Dans le monde des piscines, elles sont associées au mot danger pour les baigneurs. Mais qu’est-ce exactement ? Faut-il les craindre ? Comment limiter leurs effets ?

chloramines

Les 3 chloramines

Petit tour de ces composés chimiques pour mieux les comprendre … et donc mieux s’en prémunir.

1/ Les chloramines expliquées

Vous traitez votre piscine au chlore ?

Appelé chlore libre (ou chlore actif), une fois dissous dans l’eau, il va réagir avec l’ammoniac, composé d’azote et d’hydrogène. Cet ammoniac, c’est vous qui l’amenez dans l’eau par le biais des matières organiques (sueur, cosmétiques, salive, urine, poils, cheveux, peaux mortes, etc.). Cette réaction est à l’origine, notamment, des fameuses chloramines, aussi appelée chlore combiné, néfastes pour la santé des baigneurs.

Bien que ce soit également une forme de chlore, son action est très marginale sur la désinfection de l’eau. Le chlore combiné est effectivement chimiquement trop pauvre pour désinfecter et oxyder correctement les micro-organismes présents dans l’eau.

A noter également que certains facteurs favorisent le développement des chloramines.

Notamment :

  • Un taux trop faible de chlore libre,
  • Mais également une température élevée de l’eau.

De même, en fonction de la valeur de votre pH, la réaction entre le chlore libre et l’ammoniac va générer soit des :

  • monochloramines, si votre pH est supérieur à 7,
  • dichloramines, s’il est compris entre 3 et 7,
  • trichloramines, lorsqu’il est inférieur à 3.

2/ Les chloramines ce qu’elles provoquent

2-1/ Des odeurs

Pour commencer, la mauvaise odeur souvent associée au chlore. Cette odeur si caractéristique et si désagréable est principalement le fait des trichloramines.

Mais il n’y a pas que ça. Les chloramines ont encore d’autres effets sur l’organisme.

2-2/ Des irritations

Elles sont aussi responsables de cette sensation d’irritation au niveau de vos yeux et des voies respiratoires. A long terme elles peuvent être à l’origine ou un facteur aggravant pour de multiples maux comme l’asthme, les bronchites chroniques, toux ou allergies notamment chez les personnes plus sensibles. Comme elles ne s’arrêtent pas là, elles pourront également provoquer des démangeaisons ou des irritations cutanées.

2-3/ En dehors de l’eau

Souvent les premières personnes touchées sont celles qui travaillent dans les centres aquatiques ou les nageurs professionnels. Effectivement, ces personnes sont exposées de manière prolongée, moins aux chloramines dans l’eau, mais particulièrement aux trichloramines atmosphériques. Afin de prévenir les effets sur la santé, l’ANSES recommande de ne pas dépasser 0,3mg/m3 dans les piscines. Malgré ces mesures, pour plus de la moitié des personnels des centres aquatiques atteints d’asthme professionnels, les atteintes persistent malgré l’arrêt de l’exposition.

2-4/ Mais encore

Un autre effet auquel on ne pense pas spontanément. Les chloramines servent de nourriture aux micro-organismes comme les algues. Leur présence est donc un facteur favorisant pour leur développement.

Pour finir, les chloramines peuvent également participer à la dégradation des composants métalliques des piscines d’intérieures (échelles, mobilier, …) si la ventilation et la déshumidification ne sont pas suffisamment assurée.

3/ Comment les contrôler ?

C’est un paramètre qui est peu contrôlé par les particuliers.

3-1/ Les pastilles

Pour ce faire, il suffit d’utiliser par exemple des pastilles DPD.

  • Avec les pastilles DPD 1 vous pourrez mesurer le chlore libre, le bon
  • Les DPD 2 vous permettront de mesurer les mono-chloramines
  • Les pastilles DPD 3 vous permettront elles de mesurer les di et tri-chloramines
  • Pour finir, les pastilles DPD 4 vous permettront de mesurer le chlore total

Vous trouverez dans le commerce aux particuliers, essentiellement des pastilles DPD 1 et DPD 3 pour faire vos mesures.

3-2/ Les bandelettes

Une autre solution existe aussi pour déterminer le taux de chlore combiné (mono, di et tri-chloramines).

  • Les bandelettes de mesures.

Elles permettent en général de mesurer le taux de chlore libre et le taux de chlore total.

Sachant que :

Chlore combiné = Chlore total – chlore libre

Il vous suffit ensuite de simplement faire la soustraction pour avoir le taux de chlore combiné (chloramines).

Veillez à ce que ce taux ne dépasse pas les 0,6ppm.

3-3/ Version luxe

Une 3ème méthode consiste à utiliser un photomètre. Il vous donnera directement le taux de chlore combiné. Mais le budget d’acquisition n’est pas le même que pour des bandelettes ou des pastilles !

4/ Comment essayer de maîtriser l’apparition des chloramines

Il ne vous sera pas possible de les éviter complètement, mais quelques règles et principes de bon sens vous permettront de lutter contre leur apparition.

4-1/ Commençons par les baigneurs

Souvent ce sont eux qui mettent en place un terrain favorable à leur développement en participant à l’apport de matières organiques dans l’eau de baignade.

Voici donc quelques règles d’hygiène simples permettant de diminuer les facteurs propices à l’apparition des chloramines. Ainsi avant de vous baigner :

  • Pensez à vous démaquiller,
  • Incitez les enfants à passer aux toilettes,
  • Prenez une douche,
  • Passez par le pédiluve, certes quasiment inexistant chez les particuliers.

Moins les baigneurs amèneront de sueur, de résidus de crème solaire, de maquillage ou d’urine, moins le terrain sera favorable au développement des chloramines.

4-2/ La gestion de votre eau

Là aussi, une surveillance accrue permettra de limiter la formation des chloramines.

  • Evitez d’avoir une eau de baignade trop chaude. Plus sa température est élevée, plus les chloramines vont se développer. De plus, est-ce vraiment agréable une piscine à 30°C. C’est une piscine, pas un spa ou une baignoire …
  • Un brassage excessif augmente lui aussi le taux de chloramine. Alors si votre taux est déjà élevé, ne mettez pas en route vos cascades et autres fontaines. Par la même occasion ça vous évitera de faire chuter votre TAC !
  • Dernière recommandation, surveillez et régulez bien votre pH. Ce paramètre est important à plus d’un titre, mais également dans la formation des chloramines. Plus il est élevé, moins le chlore libre est actif et plus il y a de production de chloramines. Avec un pH de 7,8 seul 40% du chlore libre est actif. La valeur idéale du pH pour création de chloramine est 8,4. restez donc loin de cette valeur !

4-3/ Quelques astuces pour les faire baisser

Hélas, les solutions ne sont pas nombreuses.

  • Soit vous effectuez un traitement choc. Une chloration choc à partir de chlore non stabilisé permet de détruire les chloramines et les composés organiques qui participent à sa formation.
  • Mieux encore, effectuez un traitement choc à base d’oxygène actif. Vous ferez alors un apport conséquent d’oxygène. Il permettra de recombiner les chloramines en chlore actif en leur apportant les atomes d’oxygène qu’ils avaient perdus lors de leur formation.
  • Sinon, une solution simple consiste à renouveler une partie de l’eau de votre piscine.

[php snippet=5]

5/ Conclusion

L’association du chlore libre, celui qui a le plus fort pouvoir désinfectant et du chlore combiné, celui qui désinfecte le moins voire quasiment pas, forment le chlore total.

Une forte odeur de chlore, plus précisément d’ammoniac, est à tort associé à un excès de chlore actif (libre), comme je l’indiquais précédemment. En fait, c’est exactement l’inverse. Cette forte odeur est un indicateur, arrivant un peu tard certes, alertant sur un excès de chloramines et donc de manque de désinfectant (chlore actif) souvent associé à un pH trop élevé.

Dans le cadre du traitement des piscines, le chlore combiné est donc considéré comme le « mauvais » chlore. De plus, moins efficace en matière de désinfection, il se maintiendra également plus longtemps dans l’eau.

Comme souvent, la prévention reste la meilleure solution. Ensuite le respect de quelques règles simples citées dans le point 4 de cet article et vous arriverez à grandement limiter la formation de chloramines.

Bref, vous l’aurez compris : les chloramines ce n’est pas bien !

Ça pue, ce n’est pas bon pour la santé et en plus, ça ne sert à rien dans votre piscine !

Pour finir sur une note optimiste, sachez que les systèmes au sel présentent l’avantage de recombiner les chloramines en permanence. Ceci explique que les piscines qui en sont équipées ne sentent pas ou très peu le chlore.

Cet article vous a été utile ou vous a plu ?

 

Mon souhait est de vous apporter de l’information utile et accessible à tous.

Si cet article n’a pas répondu à vos attentes, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires ci-dessous ou à l’aide la page Contactez-moi.

Vos remarques m’aideront à vous proposez des articles toujours plus en adéquation avec vos attentes.

Vous avez aimé l'article ?      

D’avance merci. 😉

Crédit photos : © 123RF.com

[php snippet=2]

« Comment définir le bon emplacement pour votre piscine en bois »

Vous êtes heureux. Vous venez de vous acheter votre piscine hors-sol en bois. Bientôt vous pourrez profiter des joies de la baignade en famille, entre amis, … . Mais avant, vous allez devoir la monter. Pas de soucis. En plus de la notice, il y a un article sur sa-piscine.com qui va vous aider pour cette opération.

Mais au fait, vous allez la monter où exactement ?

Quel est le meilleur emplacement ?

emplacement de votre piscine

Le bon emplacement de votre piscine

En voilà une bonne question.

Elle est surtout beaucoup moins anodine qu’elle n’y paraît ! Une piscine positionnée à un mauvais endroit ou sur un terrain mal préparé peut vite devenir un cauchemar.

Dans cet article, je vais vous aider pour éviter de tomber dans cette situation peu réjouissante.

1 / Choisir le bon emplacement pour votre piscine hors sol

Comme tout le monde, vous souhaitez le meilleur emplacement possible pour votre piscine. Sur ce point, vous avez déjà votre petite idée.

Mais est-elle compatible avec les règles, souvent de bon sens, qui vous garantiront la pérennité de votre piscine ?

Car positionner votre piscine pour pouvoir en profiter le mieux possible n’est pas suffisant. Il faut aussi que vous puissiez en profiter longtemps.

De ce fait, lors du choix de cet emplacement, vous serez souvent amené à arbitrer entre conforts de baignade et aspects pratiques liés à la gestion courante de votre bassin.

Choisir le bon emplacement est donc un point beaucoup plus important qu’il n’y paraît.

Mais quels sont les principaux points de vigilance ?

Ils sont au nombre de 3 :

  • La nature environnante
  • Les spécificités du terrain
  • Le voisinage

1-1/ Tenir compte de l’environnement

Dans l’idéal, vous placerez votre piscine sur emplacement ensoleillé, loin des arbres et autres grandes végétations tout en étant à l’abri du vent.

Pour le soleil, ok, mais concernant le vent et les végétations ? Ils sont là pour vous compliquer la vie.

On pense bien évidemment au côté désagréable du vent pendant la baignade, ou encore à la sensation de froid en sortant de l’eau. Mais le vent nuit aussi beaucoup à la qualité de votre eau de baignade. Il la refroidit et draine de nombreuses impuretés comme des feuilles, des pollens qui viendront la polluer. Mais même sans vent, la végétation trop proche sera source de nombreuses impuretés.

En conséquence vous serez amené à nettoyer plus souvent votre bassin et à laisser fonctionner votre filtration plus longtemps.

Et puis une végétation imposante peut-être esthétiquement jolie, mais risque de vous mettre votre bassin dans l’ombre une partie de la journée. Votre eau ne sera alors plus chauffée naturellement par le soleil de la journée. Préférez donc un endroit bien ensoleillé, si possible toute la journée ;-).

1-2/ Concernant le terrain ?

Ça tombe sous le sens, mais votre piscine devra être positionnée sur une surface bien plane et uniforme. Si ce n’est pas le cas, il faudra l’aménager dans ce sens.

Un sol bien stabilisé et parfaitement plat, pour une répartition uniforme de la masse d’eau.

Voilà le secret d’un terrain parfaitement préparé à supporter votre bassin. Dans le paragraphe suivant, je vous explique comment faire.

Parmi les aménagements nécessaires de votre terrain, pensez aussi à prévoir une arrivée d’eau et d’électricité.

  • Il vous faudra bien remplir votre bassin et faire des appoints d’eau lors des fortes chaleurs. Une arrivée d’eau à proximité vous sera alors d’une grande aide.
  • Je sais, eau et électricité ne font pas bon ménage. Mais du courant sera nécessaire pour alimenter la pompe de votre système de filtration. Alors pensez également à prévoir une arrivée électrique à l’endroit où vous allez positionner votre pompe.

Ces 2 points, eau et électricité, nécessitent des compétences particulières si vous voulez mettre en œuvre une installation pérenne. Si vous ne maîtrisez pas ces domaines de compétences, faites appel à des professionnels du secteur, c’est plus sûr.

1-3/ N’oubliez pas le voisinage

Ce point semble mineur au 1er abord. Mais si vous ne voulez pas être indisposé, veillez à être à l’abri des regards indiscrets, ou pas, de vos voisins.

2 / Primordial, préparer votre emplacement

Voilà un aspect qui mérite une attention toute particulière. De la bonne préparation de l’emplacement qui va accueillir votre piscine hors-sol, dépend la pérennité de votre bassin.

Ainsi, même sur un terrain parfaitement plat, vous serez amené à décaisser. L’objectif est de parfaitement niveler l’emplacement en retirant tout ce qui peut être gênant comme les cailloux et racines par exemple. Cette opération devra être effectuée sur une surface un peu plus large que l’emprise de votre piscine (environ 50cm de plus).

C’est lors de cette étape que vous en profiterez pour aplanir le terrain si nécessaire. Si ce n’est pas tout à fait le cas, une poussée supplémentaire de l’eau s’exercera sur un des côtés du bassin. Si celle-ci est trop importante ou permanente, vous courez le risque de provoquer une déformation de la structure voire même une rupture de cette dernière.

Mais ce n’est pas suffisant.

Une piscine remplie d’eau, même de dimensions modestes, représente un poids loin d’être négligeable pour votre terrain. Pour rappel, 1m3 d’eau pèse 1000 kilos, soit 1 tonne. Et le volume de votre piscine représente en général au minimum 20 à 30m3.

Votre terrain devra donc être parfaitement stable afin de ne pas risquer de s’affaisser une fois la piscine remplie. Il vous faudra ainsi également connaître la constitution de votre terrain afin de confirmer qu’il est en mesure de l’accueillir.

Et plus votre piscine sera grande, plus important sera ce point.

  • Pour une petite piscine une préparation composée d’une couche de gravier concassé ou arrondi d’environ 5 à 7cm posé sur un géotextile peut suffire,
  • Une piscine plus grande nécessitera souvent la réalisation d’une dalle béton de 10 à 15 cm au moins en fonction de sa taille. Cette dalle pourra même être renforcée et dotée d’un film PVC permettant d’éviter les remontées d’humidité. Ce renforcement et donc la profondeur du décaissement nécessaire pour le mettre en œuvre, dépendra essentiellement de la composition de votre sol.

[php snippet=5]

3 / Une piscine qui tient dans le temps

Vous l’aurez compris, la préparation de l’emplacement sur lequel vous allez positionner votre piscine est capital.

Entre les remontés d’humidité du sol, les aléas climatiques, le poids de l’eau dans votre bassin, le bois qui la compose va beaucoup travailler et le sol sur lequel elle repose est soumis à rude épreuve.

Ne négligez donc pas cette étape et respectez bien les préconisations des constructeurs. Certains imposent même des dalles béton pour des piscines de petite taille.

Même si cela ne vous semble pas nécessaire, ou que votre voisin a posé la même piscine sans en mettre une, ne faites pas l’impasse. Il en va tout simplement du maintien de la garantie constructeur en cas de futurs problèmes.

Cet article vous a été utile ou vous a plu ?

 

Mon souhait est de vous apporter de l’information utile et accessible à tous.

Si cet article n’a pas répondu à vos attentes, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires ci-dessous ou à l’aide la page Contactez-moi.

Vos remarques m’aideront à vous proposez des articles toujours plus en adéquation avec vos attentes.

Vous avez aimé l'article ?      

D’avance merci. 😉

[php snippet=2]

Crédit photos : © piscine-hors-sol.com

« Les dernières étapes pour monter ma piscine en bois »

Votre montage est déjà bien avancé. Il ne reste plus que 5 étapes et vous aussi vous pourrez dire « j’ai monté ma piscine en bois« .

ma piscine en bois

Monter ma piscine en bois

Passons donc sans attendre à la 8ème étape de ce montage.

1/ Suite du montage de ma piscine en bois

1-8/ Etape 8 : Poser le liner

Cette étape plutôt délicate, nécessite à elle seule un article complet que vous trouverez prochainement sur sa-piscine.

En synthèse, le liner est une membrane souple dont le rôle est d’assurer l’étanchéité de votre bassin. Vous conviendrez donc aisément qu’il est primordial d’éviter de l’abimer et surtout de le poser avec beaucoup de soin.

Les grandes étapes de la pose du liner de ma piscine en bois.

  • Étendez votre liner quelques heures au soleil pour que la membrane s’assouplisse. La pose en sera grandement facilitée.
  • Poser votre liner en fond de bassin de manière à pouvoir mettre la face extérieure, celle qui a les coutures, contre les parois en bois.
  • « Clipsez » le haut du liner dans le rail prévu à cet effet en commençant par un angle.
  • Plaquez le liner sur le fond et les parois tout en remplissant votre bassin.
  • Lorsque l’eau arrive à quelques centimètres de la pièce à sceller la plus basse, arrêtez le remplissage.

Je me répète : Je vous ai présenté là les grandes lignes de l’installation d’un liner. Celles-ci sont insuffisamment détaillées pour faire une pose correcte. De ce fait, je publierai prochainement un article vous indiquant précisément toutes les étapes de la pose d’un liner et de la fixation des pièces à sceller.

1-9/ Etape 9 : Buse(s) et skimmer, suite et finalisation du liner

Si vous avez bien suivi les étapes, vous avez déjà posé les pièces à sceller dans la paroi de votre piscine. Il reste maintenant à finaliser en découpant le liner … au bon endroit.

Dans l’étape précédente, la 8, vous avez arrêté le remplissage de votre bassin quelques centimètres sous la pièce à sceller la plus basse. En procédant ainsi, vous permettez au liner de se positionner correctement. Le poids de l’eau l’empêchera de bouger ultérieurement. Les découpes que vous allez effectuer au niveau des pièces à sceller (buses, skimmer) seront donc positionnées correctement.

L’objectif est maintenant de prendre le liner « en sandwich » entre les 2 joints présents sur chaque pièce à sceller.

  • Le 1er joint, que vous avez déjà posé, va se trouver derrière le liner, donc fixé sur la partie que vous avez installée dans la paroi de votre piscine.
  • Fixez maintenant le 2ème joint directement sur la bride. À l’aide des vis appropriées, vissez la bride à la partie déjà en place de votre pièce à sceller.
  • Veillez à bien repérer les trous de fixation au travers du liner avant de visser pour éviter de le percer plusieurs fois.

Votre bride est bien serrée afin de garantir une étanchéité parfaite ?

À l’aide d’un cutter, procédez alors à la découpe dans le liner de l’ouverture de la buse de refoulement et du skimmer.

Concernant la buse, terminez par la mise en place de la rotule que vous visserez à la main.

L’étanchéité étant maintenant parfaitement assurée, vous pouvez continuer le remplissage de votre bassin jusqu’à ce que l’eau atteigne les ¾ de votre skimmer.

1-10/ Etape 10 : La pose des margelles

Vous avez presque fini 😉

La pose des margelles c’est un peu la mise en place de la finition de votre bassin.

Positionnez-les de manière à ce qu’elles dépassent d’environ 2cm à l’intérieur de votre bassin.

Pour continuer, il faut vous assurer que tout s’imbrique bien. Pour ce faire :

  • Posez et ajustez toutes les margelles, sans les fixer,
  • Faites les prétrous,
  • Ensuite seulement, procédez à leur fixation.

1-11/ Etape 11 : Raccordement de la filtration

L’installation du bassin est terminée.

Il vous faut maintenant procéder à la mise en place de votre ensemble de filtration. Pour les piscines hors-sol bois, il est toujours positionné juste à côté de votre bassin.

Raccordez maintenant les buses de refoulement et le skimmer à votre filtration. Normalement votre bloc de filtration devrait être prêt à l’utilisation, ne nécessitant qu’une arrivée électrique, le raccordement des buses et du skimmer et la mise en fonction  du filtre.

Concernant le filtre, vous pouvez être confronté à 2 options :

  • Soit c’est un filtre à cartouche et dans ce cas vérifiez bien la présence de la cartouche en son sein.
  • Si c’est un filtre à sable, ce dernier est souvent livré à part. Il faudra donc procéder au remplissage du filtre avant la mise en eau.

Une fois tous les raccords terminés, mettez l’ensemble du circuit hydraulique sous eau pour en tester l’étanchéité.

La pompe, le coeur de votre filtration, devra impérativement être remplie d’eau pour fonctionner. Pour ce faire, évacuez l’air contenu dans la pompe en dévissant légèrement son couvercle sans le démonter. L’air s’échappera ainsi doucement au fur et à mesure qu’elle va se remplir d’eau, puisque vous avez au préalable ouvert les vannes. Une fois remplie refermez à nouveau bien le couvercle.

Pour remplir votre filtre d’eau, le plus simple est d’appuyer sur votre vanne 6 voies comme si vous vouliez changer de position. Celui-ci va alors se remplir d’eau.

Ces 2 points ne sont valables que si la pompe et le filtre sont positionnés en dessous du niveau d’eau de votre piscine. Ceci sera normalement le cas pour toutes les piscines hors-sol.

Dans le cas contraire, faite votre remplissage en eau de la pompe et du filtre avant de les fermer.

NB : Si votre système de filtration est équipé d’un diffuseur automatique de produit de traitement de l’eau, procédez de la même façon qu’avec le filtre pour le mettre en eau.

1-12/ Etape 12 : Dernières vérifications de ma piscine en bois

Votre circuit hydraulique est maintenant entièrement sous eau ?

Aucune fuite apparente ?

Vous pouvez alors mettre en route votre système de filtration. Même si rien n’est visible, passez votre main le long de tous les tuyaux et raccords pour vérifier qu’il n’y a aucune fuite.

Votre piscine est maintenant montée et opérationnelle.

À présent, vous aussi vous pouvez dire « Moi aussi j’ai monté ma piscine en bois ».

[php snippet=5]

2/ Conclusion

Vous êtes arrivés au bout !

Il ne vous reste plus qu’à installer l’échelle pour pouvoir accéder à votre bassin et en profiter … dès que l’eau aura chauffé un peu au soleil.

Au final, monter vous-même votre piscine en bois n’est pas si compliqué que ça !

De plus, les modèles en kit sont en général étudiés afin de ne pas nécessiter de compétences trop pointues pour pouvoir être à la portée de tout bricoleur.

Vous pourrez ainsi avancer à votre rythme, et aurez la satisfaction d’avoir construit « ma piscine en bois ».

N’oubliez cependant pas que même si votre piscine est un espace de plaisir pour toute la famille, c’est aussi un potentiel lieu de danger pour les plus petits enfants.

Même si les piscines hors-sol ne sont pas soumises à une réglementation particulière concernant les mesures de sécurité, soyez prévoyant. Mettez tout en œuvre pour éviter l’accès au bassin lorsque vous n’êtes à proximité. Des gestes aussi simples que retirer l’échelle lorsque la piscine n’est pas utilisée peuvent sauver des vies.

Et maintenant bonnes baignades.

Cet article vous a été utile ou vous a plu ?

 

Mon souhait est de vous apporter de l’information utile et accessible à tous.

Si cet article n’a pas répondu à vos attentes, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires ci-dessous ou à l’aide la page Contactez-moi.

Vos remarques m’aideront à vous proposez des articles toujours plus en adéquation avec vos attentes.

Vous avez aimé l'article ?      

D’avance merci. 😉

Crédit photos : © ici66.com

[php snippet=2]

GRATUIT !
Ne manquez jamais un article !



* champs obligatoires


VOS cadeaux de bienvenue :
ebook en cadeaux

Comme des poissons dans l’eau.

Catégories

Archives