« En fin de saison, profitez autrement de votre piscine »

L’été est fini. Les journées raccourcissent et il commence à faire plus frais, notamment le soir. Bientôt l’hiver va vous obliger à vous enfermer bien au chaud.

Eh bien non, pas tout de suite !

Ce n’est pas parce que vous pensez à l’hivernage que votre piscine doit être oubliée jusqu’à l’année prochaine !

Alors je vous propose de continuer à en profiter, mais autrement.

Votre piscine, ce n’est pas juste un trou rempli d’eau !

C’est un véritable élément esthétique de votre jardin. Et à ce titre, elle participe activement à son embellissement.

OK pour les soirées en famille ou entre amis, à refaire le monde, avec la piscine en toile de fond, mais il fait quand même un peu frais !

chauffage d'extérieur

chauffage d’extérieur : le parasol au gaz

1/ Ça chauffe !

Il fait frais, oui, mais une solution existe.

Avec des gammes toujours plus larges de chauffages d’extérieurs, vous avez là un allié de taille pour lutter contre cette fraîcheur. Ils vous aideront à profiter plus longtemps de ces moments privilégiés que sont les soirées sur votre terrasse ou dans le jardin.

Bénéficiez, même en arrière-saison, du plaisir d’être dehors, parfaitement à l’aise.

Mais quels sont les critères qui permettront de choisir un chauffage d’extérieur ?

Écologie, puissance et qualité. Voici les principaux.

Faisons le tour des chauffages d’extérieurs. Qu’ils soient au gaz, électriques ou … avec des bûchettes, ils vous rendront bien des services.

2 /Commençons par le chauffage d’extérieur au gaz

Avec des designs de plus en plus élaborés, ce type de chauffage d’extérieur connaît un succès grandissant chez les particuliers.

Pas étonnant quand on connaît ses avantages :

  • il est autonome,
  • sa mise en route est facile,
  • il est doté d’une puissance bien plus importante que les modèles électriques. La surface de chauffe peut atteindre plus de 30 m² pour certains modèles.

Mais il a aussi des inconvénients :

  • il est généralement plus cher qu’un équivalent électrique,
  • il faut changer régulièrement la bouteille de gaz, butane ou propane, en générale placée dans son socle,
  • de par ses rejets non négligeables de CO2, il est bien moins écologique que le chauffage électrique et son utilisation est strictement limitée à l’extérieur,
  • il est relativement lourd, de 15 à 30 kg. De ce fait, il est souvent doté de roulettes pour en faciliter le déplacement.

Toutefois, les avantages prennent souvent le pas sur les inconvénients. C’est donc une solution très efficace pour maintenir une température agréable sur votre terrasse.

Au moment de votre achat, vérifiez bien que le modèle choisi répond bien à la nouvelle norme CE.

Votre appareil devra donc être doté :

  • d’une coupure du gaz par thermocouple,
  • d’un contrôleur de CO/CO2,
  • et d’un système anti-basculement.

2-1/ Comment fonctionne-t-il ?

Pour le mettre en route, rien de plus simple.

  • Vous ouvrez la vanne de gaz, butane ou propane en fonction de votre modèle, et vous appuyez sur le bouton poussoir approprié.

Ceci actionnera un système piézo mécanique qui va l’allumer et permettre à la résistance infrarouge alimentée par le gaz de créer la chaleur. Placé au sommet du chauffage, un réflecteur est là pour mieux diffuser la chaleur.

S’il garantit une grande puissance de chauffe il met tout de même un certain temps avant de pouvoir fournir sa puissance maximale.

 

2-2/ Quelques précautions à prendre

  • C’est un appareil d’extérieur. Il est donc exclusivement destiné à être utilisé en plein air ou dans un espace très ventilé.
  • Veillez à ne pas le placer trop près des produits et matériaux inflammables.
  • Lorsque vous le déplacez, éteignez toujours l’appareil et fermez le robinet de la bouteille de gaz.
  • Ne pas poser d’objet sur le réflecteur au sommet du chauffage.
  • Gardez les orifices de ventilation du logement de la bouteille de gaz bien dégagé.

 

3/ Continuons par le chauffage d’extérieur électrique

Ce 2ème type de chauffage d’extérieur se trouve être plus polyvalent et encore plus simple à mettre en œuvre. Vous le trouverez en version mobile, comme les ceux au gaz, ou doté d’une fixation murale. Cette dernière peut être orientable ou équipée d’un bras articulé afin d’orienter la source de chaleur.

Parmi ses avantages on trouvera :

  • l’écologie. Contrairement aux modèles à gaz, l’électrique ne rejette pas de CO2,
  • très facile et rapide à mettre en place, il chauffera quasiment instantanément,
  • silencieux et sans odeur, il peut même être utilisé en intérieur pour certains modèles,
  • il est également moins cher qu’un chauffage d’extérieur au gaz,
  • son rayonnement est généralement important. Il peut atteindre 10 à 15 m.

Pour ce qui est des inconvénients :

  • il dispose d’une puissance de chauffe bien moins importante que ceux au gaz,
  • il nécessite évidemment une alimentation électrique.

3-1/ Comment fonctionne-t-il ?

Il suffit simplement de le relier à une prise de courant et de l’allumer. C’est tout !

Une fois en route, une lampe de type halogène procure de la chaleur avec un rayonnement infrarouge diffusé grâce au réflecteur placé en haut du chauffage. Ce type d’appareils ne chauffe pas l’air, mais directement les personnes et les objets.

Malgré ses nombreux atouts, ce type de chauffage d’extérieur est donc un peu moins apprécié, notamment à cause de sa puissance de chauffe plus limitée.

4/ Ambiance ‘marrons chaud’ autour du feu

4-1/ Le brasero

C’est un peu une cheminée d’extérieure de petit modèle.

Il séduit particulièrement par :

  • son esthétique. Les modèles sont de plus en plus design et deviennent de véritables objets de décoration,
  • la chaleur intense procurée par ses flammes. Attention, c’est un feu ouvert, donc gare aux risques de brûlures, notamment chez les enfants trop souvent attirés par le feu,
  • sa portabilité. Sa petite taille vous permettra de le positionner quasiment n’importe où dans votre jardin. Attention toutefois à ne pas vous approcher trop de matériaux ou produits inflammables.

Vous trouverez même des modèles équipés d’une grille de cuisson amovible. Et voilà votre brasero qui se transforme en barbecue pour le plus grand plaisir de vos invités.

4-2/ Les véritables cheminées d’extérieures

Oui, vous pouvez tout à fait installer une vraie cheminée d’extérieure. Plus grande qu’un brasero, son emplacement sera en général fixe. Elle alliera la double fonction de chauffage et d’éclairage par ses flammes.

En fonction du modèle que vous aurez retenu, vous l’alimenterez en bois ou en bioéthanol.

 [php snippet=5]

5/ Maintenant vous avez chaud ?

Laissez vos petites laines au fond des placards.

Avec toutes ces astuces pour prolonger les soirées de fin de saison, vous n’avez plus d’excuses pour ne pas profiter pleinement de votre piscine, même si ce n’est que visuellement.

Alors, qui a dit que l’on ne peut plus profiter de sa piscine après l’été ?

Vous en pensez quoi des soirées en extérieur bien au chaud ?

Cet article vous a été utile ou vous a plu ?

 

Mon souhait est de vous apporter de l’information utile et accessible à tous.

Si cet article n’a pas répondu à vos attentes, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires ci-dessous ou à l’aide la page Contactez-moi.

Vos remarques m’aideront à vous proposez des articles toujours plus en adéquation avec vos attentes.

Vous avez aimé l'article ?      

[php snippet=2]

«Votre déclaration de travaux piscine en 5 étapes»

Dans de précédents articles, je vous présentais la partie administrative liée à la déclaration de vos travaux d’installation de votre bassin.

Ainsi, je vous présentais dans un article dédié les différents éléments à connaître. De la présentation des démarches à la fiscalité en passant par un certain nombre de règles qu’il faut respecter, tous ces points y sont abordés.

Un autre était plus spécifiquement destiné à la taxe d’aménagement.

Un 3ème vous présentait de manière synthétique les 3 types de démarches à effectuer afin que vous puissiez d’un coup d’œil prendre connaissance de celle qui vous concerne.

Mais pour l’instant, je n’avais pas encore publié d’article reprenant les différentes étapes de cette partie administrative.

5 étapes pour votre déclaration de travaux piscine

5 étapes pour votre déclaration de travaux piscine

Voilà, c’est chose faite avec cette publication.

C’est parti, en 5 étapes

 

1/ Dans quel cas ?

Pour commencer, vous devez savoir quels sont les documents que vous allez devoir produire pour votre déclaration de travaux piscine. Cette étape a déjà été traité ici, mais pour reprendre brièvement :

  • Pour quelques cas bien précis, concernant les piscines hors sol, vous n’aurez aucune déclaration administrative à effectuer
  • Dans la grande majorité des cas, vous serez obligé d’effectuer une déclaration préalable de travaux. C’est une procédure allégée du permis de construire, concernant des travaux de moindre importance.
  • Peu de piscines privées sont concernés par le dernier cas, piscine de plus de 100m² ou disposant d’une couverture dont la hauteur est supérieure à 1,80m. Cependant, si c’est votre cas, il vous faudra faire une demande de permis de construire.

Afin de retrouver tous les détails et de vérifier précisément quel sera votre cas, consultez l’article dédié en suivant ce lien. Vous y trouverez tous les éléments pour vous aider dans vos démarches.

 

2/ Comment faire votre déclaration de travaux piscine ?

En règle générale, c’est une déclaration préalable de travaux que vous devrez effectuer afin de pouvoir réaliser votre piscine.

Il est disponible en mairie ou en téléchargement sur service-public.fr. ll vous faudra y joindre divers documents complémentaires comme un plan de situation du terrain par exemple, ainsi que des photos ou graphiques.

Le dossier devra être établis en 2 exemplaires plus 5 copies de plans. Déposez l’ensemble au service de l’urbanisme de votre mairie ou adressez le en recommandé avec accusé de réception.

Si votre future piscine est située dans un secteur sauvegardé, dans le périmètre d’un monument historique ou encore dans une parc national, des copies supplémentaires pourront vous être demandés.

 

3/ L’instruction de votre dossier.

Une fois votre dossier déposé, l’administration a 1 mois pour rendre son verdict.

Dans certaines situations, elle peut vous informer que la procédure sera plus longue. C’est notamment le cas si vous vous situez dans une zone protégée ou proche d’un monument historique.

De même, elle peut vous demander de compléter le dossier si celui-ci est incomplet. Dans ce cas, le délais commencera à courir à partir du moment ou votre dossier sera complet, peut importe la date de dépôt initial.

  • Tout ce passe bien. L’administration accepte votre projet, soit en l’état, soit en y adjoignant des prescriptions complémentaires.

Dans ce cas, vous pouvez entamer les travaux sous réserve de respecter les prescriptions s’il y en a.

  • Pas de chance. L’administration refuse votre dossier !

Vous avez un délai de 2 mois pour demander la mairie de revoir sa position. Il vous faudra cependant bien motiver votre requête.

  • Nouveau refus !

Dans les 2 mois suivant, vous pouvez engager un recours auprès du tribunal administratif. A vous de voir si le jeu en vaut la chandelle.

 

4/ Je m’affiche

Votre dossier est accepté, vous allez pouvoir commencer les travaux.

Avant cela, 2 affichages sont à prévoir.

  • Le premier, est réalisé par la mairie. Il consiste à afficher l’extrait de sa décision sur ses panneaux. Ce sera réalisé dans les 8 jours et restera en place pendant 1 mois.
  • Le second est à votre charge. Durant la période des travaux, vous devrez mettre en place sur votre terrain un panneau d’affichage. D’une taille d’au moins 80cm de côté et visible depuis la voie publique, il comportera les éléments suivants :
    • Vos cordonnées,
    • Celles du terrain,
    • Les références de l’autorisation municipale,
    • La nature des travaux.

L’objectif de ce dernier est de permettre à vos voisins d’engager un recours s’ils estiment que le projet leur cause un préjudice !

 [php snippet=5]

5/ Et si je ne fais pas mes travaux tout de suite ?

Il n’y a aucune obligation de démarrer les travaux dès réception de l’autorisation municipale. Par contre, vous devrez les commencer dans les 2 ans qui suivent cette autorisation sous peine de nullité.

Vous pouvez toutefois, jusqu’à 2 mois avant l’expiration de l’autorisation, demander une prolongation d’un an de la déclaration préalable.

Autre contrainte. Une fois les travaux commencés, ils ne doivent plus être interrompus pendant plus d’une année.

 

Maintenant, à vos crayons, papiers, appareil photo pour préparer votre dossier.

Pour ceux d’entre vous qui ont déjà une piscine, comment avez-vous abordé cette partie administrative de votre projet piscine ?

Cet article vous a été utile ou vous a plu ?

 

Mon souhait est de vous apporter de l’information utile et accessible à tous.

Si cet article n’a pas répondu à vos attentes, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires ci-dessous ou à l’aide la page Contactez-moi.

Vos remarques m’aideront à vous proposez des articles toujours plus en adéquation avec vos attentes.

Vous avez aimé l'article ?      

Crédit photos : © photl.com

[php snippet=2]

« Une plage de piscine, pour un accès tout en douceur »

Pour certains c’est le must en matière d’aménagement de piscine. D’autres n’aiment pas du tout et préfèrent rester sur une version plus traditionnelle comme l’escalier. Dans tous les cas, la plage de piscine transformera radicalement l’aspect physique de votre piscine.

plage de piscine

Une belle plage de piscine

Avec des allures de plage de bords de mer, ce n’est pas que l’esthétique de votre bassin qui sera modifié, mais également l’utilisation même de votre piscine qui sera impacté.

  • Entrer en toute sécurisé dans le bassin,
  • Permettre aux plus petits de profiter sans craintes des plaisirs de l’eau,
  • S’allonger et se prélasser les pieds (vraiment) dans l’eau.

 

1/ Une plage de piscine, c’est quoi exactement ?

L’idée est simple, tout le monde l’aura compris. Comme pour une plage de bord de mer, le but est de pouvoir entrer directement depuis votre jardin dans l’eau de votre piscine le plus simplement possible.

 

Une plage de piscine permet d’assurer une transition parfaite entre la terrasse et le bassin.

 

Esthétiquement, une plage immergée est sans doute une des améliorations les plus frappantes que vous pouvez apporter à votre piscine. Elle permet un meilleur confort de baignade et participe à l’embellissement des finitions de votre piscine enterrée.

Concrètement, elle est constituée d’une pente douce descendant jusqu’au fond de votre bassin. C’est un peu comme un prolongement incliné, un agrandissement du fond de votre bassin. Elle permet d’assurer la continuité de celui-ci jusqu’à être hors de l’eau, sans avoir d’obstacles à franchir comme un escalier ou des margelles.

Mais pas seulement !

Sur le principe même des vraies plages, la température de l’eau est différente en fonction de l’endroit où vous vous trouvez. À son début, où elle n’est recouverte que d’une faible épaisseur d’eau, elle est bien plus chaude. Voilà un endroit idéal pour se prélasser ou encore pour permettre à de très jeunes enfants de profiter eux-aussi de la piscine.

Dans presque tous les cas, votre plage de piscine immergée sera réalisée lors de la construction de votre bassin. C’est effectivement à ce moment-là que vous penserez l’implantation de votre bassin au sein de votre jardin. Votre plage immergée fera ainsi partie intégrante de l’image que vous vous ferez de votre future piscine.

Si vous rénovez votre piscine, sachez qu’il est souvent possible d’y rajouter une plage immergée. Il faudra cependant repenser l’emprise de votre bassin, la plage prenant beaucoup de place. Prévoyez également de très gros travaux, de terrassement et sur la structure de votre bassin.

Ces derniers points étant très lourds à gérer, il est relativement rare de rajouter une plage après la construction d’une piscine.

2/ Avec quoi est-elle faite ?

Autrefois limité à 2 catégories de piscines, les piscines béton, les piscines coques, il est aujourd’hui également possible de mettre en œuvre une plage immergée pour certaines piscines en panneaux modulaires. De manière générale, le matériau utilisé est celui de la structure du fond du bassin, la plage ne représentant qu’une extension de celui-ci remontant à la surface. Souvent c’est donc également le même revêtement qui est utilisé. Dans quelques cas, comme sur la photos en début d’article, c’est le revêtement des abords qui est utilisé pour réaliser la plage.

2-1/ Utilisation du béton

On est là dans le cas le plus courant. Effectivement, tout comme pour la forme de votre bassin, le béton peut être travaillé sur mesure par les professionnels. Il permet alors la réalisation de plages de piscines immergées de quelques formes que ce soit.

Une des difficultés réside dans le revêtement utilisé. Ce sera le même que pour le reste du bassin. Pour autant, il devra être en mesure de subir certaines contraintes supplémentaires comme :

  • Supporter un passage régulier,
  • Résister au piétinement et aux chocs,
  • Être insensible à l’abrasion due aux particules de terre ou de sable apporté par les pieds des baigneurs qui auront marché au préalable à l’extérieur du bassin,
  • Être en mesure d’absorber d’importantes et fréquentes variations de températures.

Ceci implique donc une bonne résistance à ce genre d’agressions.

Comme pour toute piscine béton, on retrouve classiquement les 2 types de revêtements utilisés. Celui-ci peut-être dépendant ou indépendant de la structure. Pour la réalisation d’une plage immergée, on utilise plutôt des revêtements dépendants. Il est effectivement beaucoup plus complexe de mettre en œuvre des revêtements indépendants, comme les membrane armées, sur une plage immergée. Le liner est lui déconseillé du fait de la hauteur d’eau insuffisante pour assurer son plaquage et son maintien en place.

2-2/ Les piscines coques

Si vous avez choisi d’installer une piscine coque, votre plage sera préfabriquée en usine. Il vous faudra donc la choisir à partir de modèles existants dans le catalogue du fabricant.

Sachez que tous les modèles de piscines coques ne sont pas prévus pour y adjoindre une plage. C’est une option que les fabricants ne proposent que sur de grands modèles dépassant largement les 10m de long. Certains vous proposeront même la possibilité d’équiper votre coque de 2 plages immergées, une à chaque extrémité du bassin.

Comme je vous l’indiquais précédemment, le revêtement sera le même que pour le reste de la coque, à savoir un polyester armé recouvert de gelcoat.

2-3/ Même les piscines modulaires

Depuis peu, les piscines modulaires se sont aussi dotées d’une plage de piscine immergée. Diverses solutions existent pour permettre d’adjoindre une plage lors de la construction de votre piscine modulaire.

Parmi ceux-ci vous trouverez par exemple un système combinant structure en acier galvanisée et béton fibré permettant de répondre aux multiples contraintes imposées par une plage immergée.

 

[php snippet=5]

3/ Les points à surveiller

Construire votre plage de piscine, ce n’est pas simplement créer un plan incliné entrant dans votre bassin. Il y a un certain nombre de points sur lesquels il vous faudra être vigilant :

  • Validez bien l’implantation générale de votre piscine. Concevoir votre bassin avec une plage immergée peut-être super sympa, mais n’oubliez pas que c’est le moyen d’accès qui prend le plus de place,
  • Votre plage de piscine immergée sera en pente douce, oui mais cela reste une pente. Il est donc nécessaire que le revêtement soit antidérapant,
  • Pour continuer avec le revêtement. Comme le niveau d’eau sera très faible par endroit, sa température peut s’élever ou baisser rapidement. Il faudra donc que votre revêtement soit en mesure de supporter les températures extrêmes, aussi bien positives, en été, que négatives, en hiver.
  • Qui dit température de l’eau élevée, dit une prolifération d’algues favorisée. Veillez donc à prévoir une bonne circulation de l’eau et un dispositif de filtration adapté.
  • Toujours pour la même raison, les plages immergées sont sujettes à une forte évaporation de l’eau. Elles nécessitent donc un réajustement régulier de votre niveau d’eau,
  • Dernier point, les alarmes de piscines. Si vous optez pour ce système de prévention des noyades, veilliez bien à vérifier que votre alarme soit compatible avec une plage immergée.

 4/ Conclusion

 

La plage immergée vous permet une personnalisation de votre bassin pour une piscine vraiment différente. Elle offre une esthétique visuelle hors du commun qui a tendance à faire rêver.

Presque une plage paradisiaque dans votre jardin !

N’oubliez tout de même pas les quelques contraintes, notamment concernant les températures. Veillez bien à ce que votre revêtement soit en mesure de supporter les fortes variations (nuits fraîches, journées chaudes) ainsi que les températures extrêmes (journées très chaudes en été et très froides en hiver).

Deux petits points concernant la sécurité :

  • Le plages étant un endroit propice aux algues, pensez à bien la nettoyer afin qu’elle en devienne pas glissante et donc dangereuse pour qui entre dans l’eau.
  • Une astuce consiste à avoir un coloris ou un élément différenciant la plage immergée du reste du bassin. Ceci permettra de prévenir les plus jeunes ou les personnes moins à l’aise dans l’eau d’un changement de niveau.

Un petit conseil encore :

Quand un pisciniste vous parle de plage immergée, faites-vous bien confirmer qu’il s’agit bien d’une plage comme je vous l’ai décrite dans cet article. Effectivement, certains piscinistes parlent de plages immergées pour désigner une marche d’escalier sur-dimensionnée. Vous n’aurez alors pas votre pente douce pour accéder dans l’eau de votre bassin.

Dans ce cas, il serait plus juste de parler de petit bain.

Cet article vous a été utile ou vous a plu ?

 

Mon souhait est de vous apporter de l’information utile et accessible à tous.

Si cet article n’a pas répondu à vos attentes, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires ci-dessous ou à l’aide la page Contactez-moi.

Vos remarques m’aideront à vous proposez des articles toujours plus en adéquation avec vos attentes.

Vous avez aimé l'article ?      

Crédit photos : © information-piscine.com

[php snippet=2]

GRATUIT !
Ne manquez jamais un article !



* champs obligatoires


VOS cadeaux de bienvenue :
ebook en cadeaux

Comme des poissons dans l’eau.

Catégories

Archives