Offre special automne 1500x223
bannière Oklyn 2 bis

« Les critères d’achat de votre électrolyseur au sel »

Le précédent article vous présentait les principaux éléments à connaître si vous souhaitez vous doter d’un électrolyseur au sel. Voyons maintenant ensemble les critères qui vont vous aider à affiner votre choix.

Dans ceux-ci, certains ont été abordés de manière plus détaillée lors du précédent article, que vous pourrez consulter en suivant ce lien. Ils sont donc cités, afin d’avoir une liste complète mais ne seront pas développés.

électrolyseur au sel

Electrolyseur au sel

1/ L’heure du choix, mais sur la base de quels critères ?

Pour pouvoir bénéficier d’un fonctionnement efficace et durable, votre électrolyseur au sel devra disposer d’un certain nombre de fonctionnalités.

Pour ce faire, la présence de capteurs spécifiques est souvent indispensable. Qu’ils soient additionnels ou intégrés d’origine, ils permettront de mesurer les paramètres essentiels à son bon fonctionnement.

Ces mesures peuvent s’avérer bien utiles. Indispensables pour certaines, elles permettent d’adapter la production de chlore voire même d’assurer la pérennité de votre appareil.

1-1/ Les fonctions de base pour un électrolyseur au sel

  • Le dimensionnement

Quoi de plus évident que de vouloir dimensionner correctement votre électrolyseur au sel avec le volume d’eau à traiter. Et pourtant …

Ce point a été traité dans le précédent article au point « 2-1/ La taille de votre bassin ».

Retenez que pour un fonctionnement normal, une production de 2 grammes de chlore par heure pour 10m3 d’eau  est un minimum. Un réglage de la puissance de l’électrolyseur au sel vous permettra d’ajuster sa production en fonction de la fréquentation. Sinon ce sera le temps de filtration qu’il faudra adapter.

  • L’inversion de polarité

Permettre un fonctionnement optimisé en limitant les dépôts de calcaire sur les électrodes. C’est la fonction de l’inversion de polarité, traité dans le point « 2-4/ L’efficacité dans le temps » du précédent article.

Pour être efficace, celle-ci devra être automatique et selon les professionnels, une inversion toutes les 3h est la durée idéale.

  • La quantité de sel

Plus l’eau est salée, plus il sera facile de faire fonctionner votre électrolyseur. Mais plus vous risquez les phénomènes de corrosion !

Ainsi pour limiter ces phénomènes, un électrolyseur de qualité fonctionnera avec moins de 4 grammes de sel par litre d’eau. Les meilleurs passent même à moins de 3 grammes de sel/l.

  • De l’eau, encore de l’eau

Pour fonctionner, votre électrolyseur au sel aura besoin d’eau.

C’est évident, mais il se passe quoi quand il n’y en a plus ? Vous croyez que les électrodes vont aimer ?

Pas vraiment !

Veillez donc à ce qu’il dispose d’une fonction permettant le contrôle de la présence d’eau dans la cellule ainsi que la mesure du débit. En cas de problème il pourra se mettre hors fonction ou au minimum générer une alerte.

  • La température de l’eau

Dans mon 1er article sur l’électrolyseur au sel, que vous trouverez en suivant ce lien, j’indiquais qu’avec une température de moins de 16°C, il faudrait arrêter votre électrolyseur.

Plutôt que de passer votre temps à consulter le thermomètre, ce serait pas mal que ce soit l’électrolyseur qui vous prévienne lorsque la température est descendue sous les 16°C.

C’est une fonction relativement courante sur les électrolyseurs. Encore une petite alerte qui sera bien utile.

1-2/ Et si vous en voulez plus …

Voici encore une liste de quelques fonctions supplémentaires, qui sans tomber dans les fonctions gadgets me semblent importantes.

  • La chloration choc

Quelle porte le nom de boost, surchloration, ou encore d’autres appellations, cette fonction vous sera bien utile en début de saison, lors de fortes chaleurs ou d’utilisation intensive de votre piscine.

Vous pouvez toujours faire votre chloration choc indépendamment de votre électrolyseur, mais c’est tout de même plus sympa s’il peut s’en occuper, non ?

Dans la pratique, l’activation de cette fonction imposera à votre électrolyseur au sel de fonctionner au maximum de sa capacité de production pendant une période bien définie. Il reviendra ensuite à un fonctionnement normal.

  • Le mode hivernage

En mode chloration choc, vous faites fonctionner votre électrolyseur au sel au maximum.

En mode hivernage, vous allez lui demander de s’arrêter.

Bien évidemment, il devra être doté ou couplé à un appareil de mesure de température de l’eau. Mais plutôt que de simplement émettre une alerte si la température de l’eau passe sous les 16°C, il stoppera son fonctionnement.

Cette fonction permet de préserver les électrodes.

Effectivement, sous cette température, non seulement le développement des bactéries est ralenti mais l’eau froide est moins conductrice. Votre électrolyseur au sel serait alors sollicité de manière plus intense pour une production équivalente de chlore tout en provoquant une usure prématurée des électrodes.

Vous résidez dans une région sujette aux températures négatives ?

Vous devrez alors procéder à une vidange de la cellule et des canalisations afin de vous prémunir des éventuels dégâts liés au gel.

Il vous est possible de « tricher » avec la température de l’eau. L’électrolyseur au sel n’aimant pas l’eau froide, vous pouvez installer un réchauffeur en amont de celui-ci. L’eau traversant l’électrolyseur pourra donc avoir une température suffisante pour le fonctionnement de l’électrolyseur sans le détériorer. Mais est-ce intéressant vu les coûts engendrés par le réchauffeur … .

  • L’état des électrodes

Est-ce que les électrodes sont défectueuses ou en fin de vie ?

Voilà une information intéressante pour éviter de vous retrouver avec une piscine verte. Et pour éviter d’avoir trop souvent cette alerte, choisissez un électrolyseur comportant une cellule électrolytique à plaques plutôt qu’à grille. Elle sera plus chère mais sa durée de vie sera bien supérieure.

  • Autour du sel

Une fois le taux de sel ajusté, vous n’interviendrez que peu sur ce paramètre. Mais doté d’une détection de la quantité de sel, votre électrolyseur pourra vous alerter ou réduire automatiquement son fonctionnement en cas de manque de sel.

Et dans le cas d’un apport accidentel  trop important de sel, comment réagira votre électrolyseur ?

Voilà une question intéressante à poser à votre vendeur.

  • Adapter la production

Dans l’article précédent, au point « 2-3/ La régulation » je vous indiquais les régulations qu’il me semblait vraiment utile à mettre en œuvre si vous optez pour ce type de traitement.

Il y en a une autre qui est de plus en plus implémentée, même si elle n’est pas indispensable. Il s’agit d’un asservissement avec votre couverture automatique, si vous en êtes équipé.

En position fermée, le chlore produit par l’électrolyseur se maintient beaucoup plus longtemps dans l’eau. Il en résulte une augmentation significative du taux de chlore rendant l’eau agressive et donc corrosive.

Il est possible d’éviter cette surproduction de chlore. La détection de la position fermée du volet peut permettre une baisse de la production de chlore pouvant représenter 85% de la production normale.

1-3/ Et pour finir sur les caractéristiques

  • La consommation électrique

Votre électrolyseur au sel fonctionnera souvent, voire très souvent.

Plus sa consommation sera faible, mieux ce sera pour votre porte-monnaie.

Si votre appareil consomme 80W (ou 80VA) pour produire 15 grammes de chlore par heure, il aura une consommation de 5,33 W pour produire 1 gr de chlore à l’heure.

Un bon appareil consommera environ 5 W (ou 5 VA) pour un 1 gramme de chlore par heure. Certains consommeront même moins.

  • Protection contre les surcharges électriques

Ce serait bien de ne pas être obligé de changer votre appareil en cas de choc électrique. Bon ça n’arrive pas tous les jours non plus !

  • Une alimentation de la cellule inférieure à 12 volts

La tension d’alimentation des électrodes de votre électrolyseur ne doit pas dépasser 12 volts !

Une tension supérieure va provoquer une érosion de vos électrodes par dissolution et oxydation du titane. Votre cellule sera donc de moins en moins efficace et va finir par produire plus d’oxygène que de chlore.

Aucun danger, mais ce n’est pas le but recherché !

Par ailleurs, des électrolyseurs sont décrits comme alimentant la cellule entre 10 et 12 volts.  En fait il s’agit pour certains d’entre eux d’une tension moyenne !

En réalité la tension nominale est bien plus élevée, souvent entre 21 et 23 volts. Cependant, un système de « hacheurs à thyristors ». Fonctionnant comme un interrupteur que l’on ouvre et ferme plusieurs milliers de fois par seconde, il permet de créer une tension moyenne aux alentours de 10 à 12 volts.

Un tel système provoquera une érosion plus rapide des électrodes.

  • Une longueur du câble d’alimentation supérieure à 3m.

Cela peut paraître anodin comme remarque, mais vous ferez comment si votre câble d’alimentation ne fait qu’1 mètre de long ?

2/ Principaux facteurs de qualité d’un électrolyseur au sel

Pour vous faire rapidement une idée sur la qualité d’un électrolyseur au sel, vous pouvez dans un 1er temps vous focaliser sur 2 indicateurs :

  • La garantie accordée sur la durée de vie des électrodes,
  • Le prix de l’électrolyseur de l’électolyseur.

2-1/ Le prix

En faisant une rapide recherche, vous vous rendrez compte que la gamme de prix est plutôt large pour ce type d’appareils. Elle s’étend d’environ 500€ pour les moins chers à presque 3500€ pour les plus onéreux.

Le plus cher ne veut pas forcément dire le meilleur.

Mais un appareil efficace avec une durée de vie correcte nécessitera un certain investissement.

Une fois de plus, si vous avez sélectionné ce type de traitement, c’est pour limiter vos interventions. Alors autant choisir un appareil qui remplira bien son rôle et longtemps. Mais il sera généralement plus cher à l’achat.

Je précise à l’achat, car sa durée de vie sans panne sera souvent bien supérieure à d’autres appareils pour lesquels l’investissement initial aura été moins élevé.

Sans parler de la qualité de traitement procuré, bien meilleure.

2-2/ La durée de garantie

La durée de garantie inconditionnelle est l’autre indicateur permettant de se faire une bonne idée de la qualité d’un électrolyseur.

Pour être significative, elle doit être donnée pour un fonctionnement à 100%. Ainsi une garantie inconditionnelle de 3 ans de fonctionnement à 100% par exemple et bien différent d’une garantie de fonctionnement de 3 ans.

  • Dans le 1er cas, sa durée de vie sera bien plus élevée. Effectivement, sur une année calendaire, votre électrolyseur ne fonctionnera qu’environ 7 mois, le temps d’une saison de baignade, et encore pas à 100% en temps normal.
  • Dans le 2ème cas, on parle bien de 3 ans de garantie, soit 36 mois consécutifs. Pendant cette période, votre électrolyseur n’aura fonctionné que pendant 21 mois, soit 3 saisons de baignades et pas à 100% la plupart du temps !

La durée de vie garantie des électrodes avec inversion de polarité toutes les 3 heures variera de 6000 à 10000, voire 15000 heures pour les meilleurs.

3/ Au final

Oui, choisir de traiter par l’électrolyse au sel implique un certain investissement.

Mais comme tout investissement, celui-ci doit être mis en regard avec la durée d’utilisation et les faibles coûts à l’usage qui en découlent.

Ainsi, pour pouvoir bénéficier d’un fonctionnement efficace et durable, il faudra investir dans un électrolyseur au sel de qualité. Il faudra ensuite l’associer à des régulateurs (pH et redox) afin d’obtenir un fonctionnement optimum.

L’investissement initial va s’en ressentir car il ne se limitera pas uniquement à l’achat et à l’installation de l’électrolyseur. Ces éléments font de cette solution un système de traitement qui au final est relativement couteux, malgré un coût d’utilisation faible.

Nombreux sont les utilisateurs déçus de ce mode de traitement parce qu’ils n’ont pas opté pour un appareil adapté à leur utilisation. Choisissant un appareil un peu moins cher, il n’aura duré au final que 2 ou 3 saisons !

De même, les utilisateurs n’installent souvent qu’un électrolyseur, sans lui associer de régulateurs. Ce n’est qu’ensuite qu’ils se rendent compte qu’il est difficile de faire une gestion fine manuellement.

Le traitement par électrolyse au sel est un ensemble.

Celui-ci ne se limite pas à la simple mise en place d’un électrolyseur.

Pour bien définir les éléments constitutifs de cet ensemble, de bien les dimensionner, les adapter à votre situation, faites-vous aider par un professionnel.

Au final, voyez votre traitement dans sa globalité, et préférez plutôt un modèle moyen/haut de gamme.

En plus d’un produit de qualité, la montée en gamme vous permettra de bénéficier de la valeur ajoutée apportée par les solutions les plus évoluées.

Grâce à l’article suivant, faites un point sur tout ce qu’il savoir concernant une bonne utilisation de vote électrolyseur.

Cet article vous a été utile ou vous a plu ?

 Mon souhait est de vous apporter de l’information utile et accessible à tous.

N’hésitez pas à me faire part de vos questions ou remarques dans les commentaires ci-dessous.

Elles m’aideront à vous proposez des articles toujours plus en adéquation avec vos attentes.

Vous avez aimé l'article ?      

Merci de le partager avec vos amis sur Twitter ou Facebook, en cliquant sur les boutons des réseaux sociaux.

D'avance merci 😉

Crédit photos : © Hayward.fr


Et pourquoi ne pas consulter :

Une remarque, un avis, une question ?


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


AlainH

7 mois ago

Bonsoir Emmanuel,
Voici, voilà, un dossier plus que complet, surtout clair et pédagogique. Un peu touffu quand même, mais qui a dit que la réalité est toujours évidente ?
Cela dit, Emmanuel, il serait honnête que vous nous communiquiez le modèle et le numéro de série de votre boule de cristal. En effet, à moins que vous ne soyez aux commandes d’une vaste conspiration piscinesque, il se trouve que Desjoyaux lance un process ( Je l’ai placé… Il paraît que c’est geek.) avec tous les éléments indispensables.
Le commercial 2017 va sûrement reprendre des couleurs avec un : »on a bien réfléchi à votre demande…. »
Bon, je suis pas sûr d’avoir le budget, mais je vais aller poser des questions aussi pertinentes qu’impertinentes.
@+ et bravo.

Emmanuel

7 mois ago

Bonsoir Alain,

J’aimerais bien posséder une boule de cristal … hélas il va falloir que je me contente de mon savoir que j’essaye de partager. Merci pour l’info, je ne savais pas que Desjoyaux lançait un « process » (yes, je l’ai placé aussi 😉 ).

Bon courage avec « votre » commercial.

Très bonne soirée à vous.

Bien cordialement

Emmanuel

AlainH

7 mois ago

Merci Emmanuel de me faire prendre conscience d’une chose extraordinaire: MON commercial est à moi, ou alors la grammaire m’a trahi. Mon commercial est à moi. Voilà une bonne nouvelle! L’est à moi, il va faire ce que je lui dis. D’ailleurs , je viens de découvrir plein d’avantages du même style: j’ai MON boucher, MON spécialiste du bien-dormir qui est un grand-litier (ne pas se tromper! Les petits litiers ne font que du 90 cm de large, alors que le grand peut faire jusqu’à plusieurs hectares, GPS fourni pour ne pas se perdre) . J’ai aussi MON spécialiste grandes tailles. Je m’en fous, j’ai du mal à garder mes 65 kg. Tiens, je vais faire des économies. A la trappe, celui là. Quoi, des indemnités de licenciement? Commencez par me faire grossir, on verra après.
Brèfle, comme disait Bérurier: ça suffit pas de se faire arnaquer, mais en plus, ils en rigolent. Faîtes semblant d’avoir de la pudeur à défaut de conscience.

Emmanuel

7 mois ago

Bonjour Alain,

Merci pour ce petit divertissement. Toujours plaisant de vous lire et quand j’ai fini, j’ai toujours le sourire. Ne seriez-vous pas un thérapeute, euh MON thérapeute ? Non ça va, j’ai toujours la pêche et pas de consultation en vue 😉 .
Mais pensez-y la prochaine fois que vous irez voir un commercial. S’il ne dit pas au moins une fois, « je suis votre commercial, à votre service » ou quelque chose de similaire, changez de crêmerie.
Bonne fin de journée et bientôt le redémarrage de la piscine ?
Bien à vous
Emmanuel

Vos devis, gratuit et sans engagements

Un nouvel article ?
Soyez les 1ers informés

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées dans le cadre de ma demande et de la relation personnalisée qui peut en découler.

Vos cadeaux de bienvenue

Top articles : les plus lus

«Eau de piscine trouble, blanchâtre. Mais que se p...
Vues : 380.272
« Comment maîtriser le TAC de votre piscine ? »
Vues : 161.061
« Comment rattraper l’eau d’une piscine verte »...
Vues : 124.414
« Du bicarbonate pour ma piscine ? Et pourquoi pas...
Vues : 121.408

Comme des poissons dans l’eau.

Chercher un article par catégories