Offre special automne 1500x223
bannière Oklyn 2 bis

«Comment utiliser correctement votre système d’électrolyse au sel, fin»

Grâce aux précédents articles vous connaissez le principe de fonctionnement des systèmes d’électrolyse au sel. Vous savez également qu’il faut être particulièrement attentif aux paramètres de l’eau de votre bassin.

Il reste cependant encore quelques points à connaître afin d’être plus à l’aise avec ce mode de traitement. Ce sont eux que je vais vous développer dans cet article.

système d'électrolyse

Installation d’un système d’électrolyse

1/ Quelques points de vigilance

1-1/ La circulation de l’eau dans la cellule

En fonctionnement normal, vous n’avez pas à vous soucier de ce point puisque l’eau circulera de manière continue dans votre cellule électrolytique. Tout est normal

Mais il y a 3 autres cas de figures qui peuvent être plus ou moins problématiques.

  • Votre filtration est arrêtée et l’eau stagne dans votre cellule.

Si votre électrolyseur reste allumé, celui-ci va continuer à produire du chlore. La concentration de chlore et de gaz va donc augmenter. Ceci va provoquer l’altération de votre cellule et dans certains cas l’explosion de cette dernière.

Soyez donc vigilant et faites en sorte que votre électrolyseur soit éteint si votre filtration n’est pas en fonction. Pour ce faire, il est donc indispensable d’asservir votre système d’électrolyse à votre filtration.

  • Votre cellule est partiellement immergé dans l’eau et votre électrolyseur est sous tension.

Il est peu probable que vous vous trouviez dans cette situation. Toutefois, si cela devait arriver, sachez que les parties d’électrodes laissées à l’air libre vont alors s’oxyder rapidement ce qui revient à les détériorer.

  • Dans le dernier cas de figure, votre cellule est totalement hors d’eau.

C’est finalement la situation la moins problématique puisqu’en l’absence d’eau, il n’y a simplement pas de réaction chimique.

1-2/ Le stabilisant

La question est souvent posée.

Avec un système d’électrolyse au sel, faut-il également mettre du stabilisant ?

Normalement cela ne devrait pas être nécessaire.

J’en ai déjà parlé précédemment. Si votre pompe de filtration à un débit suffisant et que votre électrolyseur est bien dimensionné à votre bassin, il devrait se suffire à lui-même. Effectivement, le chlore naturel produit est un excellent désinfectant et algicide, bien plus efficace sans stabilisant. L’apport de ce dernier est donc superflu.

Ceci est tout particulièrement vrai pour les piscines ayant un volume inférieur ou égal à 50 ou 60 m3.

Si votre bassin a un volume plus important, il peut se révéler pratique d’effectuer un apport initial de stabilisant. Le dosage variera en fonction de la durée de filtration et de la puissance de votre système d’électrolyse au sel. Il sera en général compris entre 15 ou 25 mg/l.

Effectivement, le chlore produit par les électrolyseurs au sel a tout de même une durée de vie relativement courte. Au vu du volume important à traiter, il peut être utile d’adjoindre du stabilisant lors de la première utilisation.

Mais uniquement à ce moment-là !

Dans ce cas, afin de bien maîtriser le dosage, je vous conseille d’ajouter du stabilisant de manière séparée.

Restez donc toujours sur un sel purifié, spécial piscine et sans adjuvant. Evitez les sels « spécial piscine » intégrant des séquestrants, du stabilisant ou autres floculents.

2/ Deux situations particulières mais avec des similitudes

2-1/ Le démarrage du système d’électrolyse au sel

Le rôle de votre électrolyseur en fonctionnement normal est de vous permettre de maintenir une eau de piscine saine. Il n’est donc pas là pour résoudre les problèmes !

Au contraire, bien réglé et calibré, il vous permettra de les éviter, en agissant dès l’apparition d’un début de déséquilibre.

Ce point est important car il implique que vous devrez vous assurez d’avoir une eau de qualité avant d’utiliser un système d’électrolyse au sel.

Si besoin effectuez un traitement choc avant de démarrer le fonctionnement normal de votre électrolyseur.

Pour ce faire, vous avez 2 solutions :

  • Effectuer votre traitement choc avec du chlore spécifiquement dédié à cette fonction. Pour ce faire, utilisez exclusivement du chlore non stabilisé !

C’est très clairement la solution que je recommande avant le 1er démarrage de votre électrolyseur ou au moment de l’estivage.

  • Utiliser la fonction chloration choc de votre système d’électrolyse. Pour moi cette fonction trouve son utilité lorsque vous commencez à avoir des problèmes de qualité d’eau, mais pas pour un démarrage ou pour rattraper une eau qui a déjà tournée.

Elle peut cependant être utilisée dans ce but et en fonction de la qualité de votre électrolyseur, elle sera éventuellement en mesure de répondre à votre problématique.

Mais qu’est-ce que la fonction chlore choc de votre électrolyseur ?

En utilisation normale, un système d’électrolyse bien dimensionné fonctionne à environ 60% de sa puissance. Presque tous les modèles vous donnent la possibilité de fonctionner à 100% de leur puissance de manière ponctuelle, souvent 24 à 48 heures.

C’est ce que l’on appelle la fonction chloration choc. Suivant les fabricants, cette dénomination pourra porter un nom différent, mais la fonction reste la même.

Vous rencontrez tout de même un problème de qualité d’eau ?

  • Orientez-vous dans un 1er temps vers l’augmentation de la durée de filtration.
  • Opter pour un fonctionnement en mode chloration choc uniquement si la solution ci-dessus n’a pas résolue votre problème.

Aucune des 2 solutions précédentes n’a donné satisfaction ?

Il ne restera plus qu’à employer la manière forte en procédant à l’adjonction de produits de traitements chocs. Veillez tout de même à n’utiliser que des produits à base de chlore non stabilisé, comme indiqué précédemment.

2-2/ L’hivernage

L’hivernage et un moment crucial pour garantir une bonne durée de vie de votre système d’électrolyse.

Ainsi, afin de préserver les électrodes, il est impératif de mettre hors tension votre électrolyseur lorsque la température passe sous les 15 à 16°C.

Vous trouverez plus d’explication sur ce point critique concernant la température dans le précédent article en suivant ce lien.

Selon votre installation, vous avez 2 possibilités.

  • Vous laissez votre cellule en place, mais non alimentée.

Votre filtration pourra continuer à fonctionner. Il faudra bien évidemment contrôler et corriger si nécessaire les paramètres de votre eau (pH et TAC notamment), en laissant par exemple votre régulateur de pH sous tension.

  • Vous avez installé votre cellule en by-pass.

Dans ce cas, vous avez la possibilité sans pour autant arrêter votre filtration, de la mettre totalement hors d’eau. En procédant à son démontage, vous pourrez alors effectuer à un bon nettoyage.

De quoi vous mettre dans les meilleures conditions  pour redémarrer la prochaine.

3/ Vos électrodes sur la durée

Malheureusement, votre cellule électrolytique n’est pas éternelle !

Avec le temps, des précipités calcaires vont se déposer sur les électrodes qu’elle contient. Son rendement sera alors de moins en moins élevé.

Vous pouvez toutefois limiter ce désagrément. Pour ce faire, de plus en plus d’électrolyseurs sont équipés d’une fonction d’auto-nettoyage.

L’électrolyseur équipé de cette fonction procède régulièrement à une inversion de la polarité des électrodes, empêchant, ou plutôt limitant, les dépôts de calcaire. Ceci permet maintenir leur efficacité.

En fait, une cellule de qualité ne sera pas altérée par le calcium ou le magnésium contenu dans le sel. Ces précipités vont simplement s’y déposer.

La cellule sera donc simplement moins efficace et pour compenser fonctionnera de manière plus intense. D’ailleurs, l’eau de votre piscine contiendra souvent beaucoup plus de calcium et de magnésium (de 100 à 100 000 fois plus) que dans le sel utilisé !

Cette fonction d’inversion de polarité permet donc de prolonger la durée de vie de votre cellule électrolytique.

Ce mécanisme n’a pourtant pas que des avantages. En fait, il accentue 2 phénomènes qui combinés vont provoquer à terme une baisse de la production de chlore.

  • 1ère étape :

L’électrolyse provoque un dégagement gazeux d’hydrogène. Celui-ci va être à l’origine d’une très légère érosion (à l’échelle microscopique) du revêtement de protection de vos électrodes. Avec le temps, ceci va provoquer la mise à nu de petites surfaces de titane. Ceci ne pose aucun problème lorsque votre électrode joue le rôle de cathode (-). Ceci est moins vrai lorsqu’elle joue le rôle d’anode (+).

Pour information, les cathodes d’un électrolyseur sans inversion de polarité ne sont pas recouvertes d’un revêtement.

  • 2ème étape :

L’inversion de polarité implique que vos électrodes seront tour à tour anode et cathode. Lorsqu’elles jouent le rôle d’anode, l’eau salée et le courant d’électrolyse en contact avec le titane partiellement mis à nu vont provoquer son oxydation. Il va alors se former une couche d’oxyde de titane.

L’apparition de cette couche isolante électriquement génère une conductivité électrique plus faible et de surcroit :

Accentue l’érosion du revêtement de protection,

Passive l’électrode (le métal est de moins en moins conducteur de courant).

Petit à petit, le titane se recouvre de cette couche intermédiaire et provoque une baisse de la production de chlore. Celle-ci s’accompagne d’une diminution de la consommation électrique proportionnelle à la perte de puissance de votre électrolyseur.

Vous pourrez compenser cette baisse en augmentant sa puissance ou sa durée de fonctionnement. Cependant, ce phénomène va s’amplifier jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de production de chlore.

Il faut alors remplacer la cellule électrolytique. Mais en général, vous l’aurez changé bien avant.

4/ Au final

Vous avez lu tous mes articles concernant les systèmes d’électrolyse au sel ?

Vous devriez maintenant être en mesure, si vous souhaitez passer à ce mode de traitement, de vous équiper et de le mettre en œuvre de manière efficace.

Sinon, vous trouverez le 1er de la série en suivant ce lien.

Vous aurez aussi constaté que le choix de l’installation d’un électrolyseur nécessite souvent une bonne connaissance de ce type de désinfection. Entre les différents modèles, la définition du bon dimensionnement, les multiples options possibles et l’installation proprement dite, je vous conseille d’opter pour l’intervention d’un professionnel.

Mais la mise en œuvre d’un électrolyseur n’est pas une fin en soi.

S’il vous permet d’éviter les problèmes, c’est parce qu’il est en mesure d’agir dès l’apparition d’un début de déséquilibre. Il est donc judicieux de l’associer à un dispositif de contrôle ou de régulation afin qu’il puisse en temps réel adapter la production de chlore (contrôleur redox par exemple).

Ce n’est que cette réactivité qui vous permettra de garantir une qualité optimale constante de votre eau de baignade.

Malheureusement ce point est souvent un peu mis de côté par de nombreux utilisateurs, souvent pour des questions budgétaires. Ils sont ensuite déçu par ce mode de traitement (efficacité moindre et coûts élevés nécessités par les nombreuses interventions de rattrapage ou par l’usure prématurée des électrodes).

Cet article vous a été utile ou vous a plu ?

 Mon souhait est de vous apporter de l’information utile et accessible à tous.

N’hésitez pas à me faire part de vos questions ou remarques dans les commentaires ci-dessous.

Elles m’aideront à vous proposez des articles toujours plus en adéquation avec vos attentes.

Vous avez aimé l'article ?      

Merci de le partager avec vos amis sur Twitter ou Facebook, en cliquant sur les boutons des réseaux sociaux.

D'avance merci 😉

Crédit photos : © irrijardin.fr


Et pourquoi ne pas consulter :

Une remarque, un avis, une question ?


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


marty michel

7 mois ago

toujours de supers conseils merci

Emmanuel

7 mois ago

Bonsoir,

Merci à vous

Emmanuel

Vos devis, gratuit et sans engagements

Un nouvel article ?
Soyez les 1ers informés

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées dans le cadre de ma demande et de la relation personnalisée qui peut en découler.

Vos cadeaux de bienvenue

Top articles : les plus lus

«Eau de piscine trouble, blanchâtre. Mais que se p...
Vues : 380.272
« Comment maîtriser le TAC de votre piscine ? »
Vues : 161.061
« Comment rattraper l’eau d’une piscine verte »...
Vues : 124.417
« Du bicarbonate pour ma piscine ? Et pourquoi pas...
Vues : 121.408

Comme des poissons dans l’eau.

Chercher un article par catégories