Pourquoi vous devez utiliser un pré-filtre de skimmer ?

« Comment utiliser correctement l’électrolyseur au sel »

Vous avez lu mes précédents articles sur l’électrolyseur au sel (suivez ce lien pour accéder au 1er) ? Vous en connaissez donc maintenant les caractéristiques et le fonctionnement. Vous savez même comment choisir le plus adapté à votre configuration.

Maintenant il faut l’installer et l’utiliser.

l'électrolyseur au sel

Une cellule de l’électrolyseur au sel

1/ Positionnement de l’électrolyseur au sel

Afin d’injecter dans le bassin l’eau la plus saine possible, l’installation de l’électrolyseur au sel se fera toujours en aval de tous les autres équipements de votre local technique. Il sera donc positionné juste avant les canalisations menant aux buses de refoulement.

De plus, je vous préconise fortement de monter la cellule de votre électrolyseur en mode by-pass. Cette configuration vous permettra de l’isoler du circuit de filtration afin de pouvoir effectuer nécessaires opérations de maintenance (hivernage, …) ou de remplacement sans être obligé d’interrompre la filtration de votre piscine.

Comme je vous l’indiquais dans mon précédent article, je vous conseille de faire appel à un professionnel pour l’installation de votre électrolyseur.

2 / A surveiller … les paramètres de l’eau

Vous le savez déjà, mais je pense qu’il n’est pas inutile de le rappeler.

Le bon fonctionnement de l’électrolyseur au sel et donc la teneur en chlore actif du chlore naturel produit, dépend beaucoup de la qualité de votre eau.

Pour un fonctionnement optimum, vous devrez donc être attentif à 3 paramètres en particulier.

2-1/ La quantité de sel

Au démarrage, vous versez dans votre eau la quantité de sel préconisée par le constructeur de votre électrolyseur. Il vous faudra par la suite procéder à une vérification régulière de cette salinité.

Un contrôle mensuel est un bon échéancier. Mais il faudra également procéder à un contrôle après chaque événement particulier pouvant avoir pour conséquence de faire baisser ce taux (rajout d’eau neuve après un contre-lavage ou de grosses pluies).

Deux petits rappels :

  • le dosage du sel doit être compris entre 3 et 5 grs/l (grammes par litre).
  • N’utilisez que du sel spécial piscine. J’ai expliqué dans cet article pourquoi.

2-2/ Le pH

Le meilleur rendement d’un électrolyseur au sel sera obtenu avec un pH de l’eau compris entre 7 et 7,2. Cependant, le liquide lacrymal ayant un pH légèrement supérieur, on privilégie plutôt un pH compris entre 7,2 et 7,4.

Dans l’idéal, le meilleur compris entre votre confort et une production optimisée de chlore actif est obtenu avec un pH de 7,2.

Pour le confort des baigneurs, veillez donc à toujours bien maintenir votre pH entre 7,2 et 7,4.

Pour ce faire, il vous faudra régulièrement mesurer votre pH. Effectivement, la production de chlore avec l’électrolyseur au sel favorise l’augmentation du pH.

Une solution simple pour vous soulager sur ce point, est de coupler l’électrolyseur au sel à une régulation automatique de Ph, ce que je vous conseille fortement.

2-3 / La température

La température de votre eau est un point très important, car elle intervient sur plusieurs paramètres. En effet, elle conditionne le temps de fonctionnement nécessaire, l’efficacité de la production de chlore actif et la durée de vie de la cellule électrolytique.

Le temps de fonctionnement

Comme vous le savez bien, plus votre eau est chaude, plus vous avez un terrain favorable au développement des algues et autres micro-organismes.

Pour les combattre, il faudra donc une quantité de chlore actif plus importante. Ceci implique un temps de fonctionnement de l’électrolyseur au sel plus important. Tout comme pour le temps de filtration, on peut considérer que le temps de fonctionnement nécessaire en heures de votre électrolyseur correspond plus ou moins à la température de l’eau divisée par 2.

L’efficacité de la production

L’augmentation de la température n’a pas que des effets négatifs.

Effectivement, la conductivité de l’eau salée croit de 2% par degré de température supplémentaire. Par conséquent, à chaque fois que la température de votre eau augmente de 1°C, la réaction électrochimique va également générer 2% de chlore supplémentaire.

En contre-partie, avec l’augmentation de la température de l’eau, le chlore va se consommer plus rapidement.

La durée de vie de la cellule électrolytique

L’inverse est vrai également. Plus la température baisse, moins la conductivité est bonne.

La réaction électrochimique va ainsi générer moins de chlore, mais plus d’oxygène. Pour arriver à produire la quantité de chlore nécessaire à la désinfection, les électrodes seront alors sollicitées de manière plus intense.

Une fois que la température de l’eau de votre piscine passe sous les 15-16°C, l’électrolyseur au sel va produire plus d’oxygène que de chlore. L’oxygène provoque alors une érosion du revêtement de l’électrode usant prématurément votre cellule électrolytique.

Pour éviter cette détérioration, je vous conseille de mettre hors service votre électrolyseur lorsque la température de l’eau passe sous les 15°C.

2-4 / Les sels minéraux

En plus des 3 paramètres principaux traités ci-dessus, je vous conseille également de jeter un œil de temps en temps au TAC et au TH

  • Le TAC sera compris entre 100 et 150ppm. Son effet tampon permettra de limiter les fluctuations du pH.
  • Le TH sera lui compris entre 10 et 35°f afin de ne pas avoir une eau trop dure. S’il est trop élevé, votre cellule va s’entartrer et sa capacité de production en sera fortement diminuée. Si malgré l’inversion de polarité le calcaire se dépose trop sur votre cellule, vous pouvez la nettoyer en la trempant dans une solution légèrement acide. Utilisez ensuite un séquestrant métaux dans l’eau de votre piscine afin de limiter la récidive.

3/ Une bonne utilisation, c’est …

Tout d’abord, un positionnement adéquat, c’est-à-dire après tous les autres équipements composant votre local technique.

Ensuite, un peu de surveillance de la qualité de votre eau.

Concernant le taux de sel, celui n’évoluera que peu ou alors sur la base d’actions clairement visibles. J’en ai parlé précédemment dans cet article. Vous les identifierez rapidement et ils vous permettront donc d’agir pour rectifier.

Pour ce qui est des 2 autres paramètres, la dérive sera moins visible.

Surtout, l’évolution de l’un aura une incidence directe sur l’autre, comme le montre le graphique ci-dessous.

 

production de chlore par l'électrolyseur au sel

Production de chlore en fonction de la température et du pH

 

Vous pouvez ainsi constater l’importance de la température de l’eau.

  • Grâce à une lecture directe sur le graphique, vous pourrez constater qu’avec une eau à 0°C (ligne continue bleue) et un pH de 7,2, la teneur de chlore actif (acide hypochloreux : HOCl) dans le chlore naturel sera d’environ 80%. Le reste étant des ions hypochlorite (ClO-).
  • Si votre température est de 30°C (ligne discontinue bleue) et toujours un pH de 7,2, la teneur en chlore actif dans le chlore naturel ne sera de 66% environ.
  • Si votre pH est de 7,5, la teneur en chlore actif tombe à 50% pour une eau à 30°C et même à 20% si le pH monte à 8 !

Je pense que l’importance d’associer votre électrolyseur au sel à un régulateur de pH est clairement avérée. Sinon, obtenir un traitement efficace vous imposera un travail de suivi plus qu’astreignant.

Il ne reste plus qu’à traiter quelques points de vigilance. Nous aurons alors fait le tour, sans toutefois entrer dans les spécificités trop techniques, de l’électrolyseur au sel.

Ce point fera l’objet du prochain article.

A bientôt sur sa-piscine.com

Cet article vous a été utile ou vous a plu ?

 Mon souhait est de vous apporter de l’information utile et accessible à tous.

N’hésitez pas à me faire part de vos questions ou remarques dans les commentaires ci-dessous.

Elles m’aideront à vous proposez des articles toujours plus en adéquation avec vos attentes.

Vous avez aimé l'article ?      

Merci de le partager avec vos amis sur Twitter ou Facebook, en cliquant sur les boutons des réseaux sociaux.

D'avance merci 😉

Crédit photos : © www.distripool.fr


Et pourquoi ne pas consulter :

Une remarque, un avis, une question ?


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Michel

3 mois ago

Bonsoir,
J’envisage de changer le sable de mon filtre, mais je ne sais pas quoi choisir:
-remettre du sable comme avant ou changer,
-mettre du verre ecofiltrant,ou
-mettre des boules « aqualoon ».

En plus mon installation est un filtre jupiter modèle 22 et nul part il est indiqué le poids ou le volume à approvisionner en fonction de la matière filtrante que je mettrai.
Merci de votre réponse.
Salutations.

Emmanuel

3 mois ago

Bonsoir,

Pour vous faire votre idée, je vous conseille de lire les articles dédiés au verre et au fibalon.

Personnellement, j’opterais pour du verre recyclé.

En règle général, il faut remplir le filtre à 2/3 ou 3/4 de sa capacité.

Bonne soirée à vous et pour préserver votre nouveau média filtrant, pensez aux pré-filtres de skimmer que vous trouverez en suivant ce lien.

Cordialement

Emmanuel

Un nouvel article ?
Soyez les 1ers informés

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation éthique et personnalisée qui peut en découler.

Vos cadeaux de bienvenue

Top articles : les plus lus

«Eau de piscine trouble, blanchâtre. Mais que se p...
Vues : 208.554
« Comment maîtriser le TAC de votre piscine ? »
Vues : 113.016
« Du bicarbonate pour ma piscine ? Et pourquoi pas...
Vues : 75.524
« Comment rattraper l’eau d’une piscine verte »...
Vues : 68.628

Comme des poissons dans l’eau.

Chercher un article par catégories

fermer la fenetre

Inscrivez-vous gratuitement et soyez les 1ers informés

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation éthique et personnalisée qui peut en découler.

Vos cadeaux de bienvenue