« Stabilisant, en avez-vous besoin pour le traitement de votre eau ? »

Oui et non ! Tout dépend du désinfectant que vous utilisez pour traiter l’eau de votre piscine. Si votre traitement est à base de chlore, alors oui, il sera nécessaire d’utiliser un stabilisant.

stabilisant

Du stabilisant pour votre piscine ?

Comme une grande majorité de propriétaires de piscine privée traitent au chlore, il y a de fortes chances que vous soyez concerné. Je vous propose donc une présentation de ce produit qui « s’invite » dans l’eau de votre piscine.

1/ Commençons par définir le stabilisant

Ce que l’on appelle « stabilisant » ou encore stabilisant du chlore et en fait de l’acide cyanurique ou encore de l’acide isocyanurique.

Bien que le stabilisant ne soit pas dangereux pour votre santé, il peut avoir une incidence directe sur la désinfection de l’eau. Il convient donc de le contrôler régulièrement et de surveillez attentivement son dosage.

2/ Quelle est son utilité ?

Il a un rôle primordial.

Il permet la rémanence du chlore. Pour en savoir plus sur la rémanence, je vous invite à consulter l’article complet qui lui est consacré. Vous pouvez y accéder en suivant ce lien.

Effectivement, l’acide hypochloreux (ou chlore libre) est très sensible au soleil. Les rayons ultraviolets de ce dernier ont la particularité de le détruire, tout simplement !

Pour éviter d’être obligé de mettre du chlore en permanence, on le combine avec un stabilisant. Celui-ci agit comme un filtre qui le protège des ultraviolets et permet ainsi de prolonger son action désinfectante dans le temps (la rémanence).

A titre d’exemple, si votre eau comporte 50mg/l de stabilisant, 70% du chlore est encore disponible après 3h d’exposition au soleil. En l’absence de stabilisant, il ne resterait que 5% de chlore !

En résumé :

  • Du chlore pour désinfecter
  • Du stabilisant pour permettre au chlore de désinfecter plus longtemps

A chacun son rôle !

3/ Quelle est son incidence ?

Malheureusement, l’acide cyanurique (le stabilisant) a une particularité qui ne nous arrange pas vraiment pour le traitement de l’eau de votre piscine.

Il ne se détruit pas !

Au fur et à mesure des traitements, sa concentration augmente progressivement dans l’eau. Cette augmentation dépendra du nombre et de la qualité des galets de chlore que vous utilisez. En fonction de sa qualité un galet de chlore de 200g peut libérer jusqu’à 100g de stabilisant.

Ceci explique l’avertissement que j’émettais au point 1/.

Il vous faudra mesurer régulièrement sa concentration car s’il n’y a pas de dangers, cet excès de stabilisant aura une autre conséquence.

  • Il va finir par bloquer l’action du chlore réduisant ainsi à néants son pouvoir désinfectant.

Ainsi, même si vos analyses indiquent un taux de chlore suffisant, votre eau va se troubler et les algues vont commencer à faire leur apparition.

Lorsque vous traitez au chlore, il n’est donc pas suffisant de vérifier le taux de chlore. Il faut également contrôler le taux de stabilisant. Si celui-ci est trop élevé, vous aurez beau rajouter du chlore, celui-ci sera inefficace, malgré un taux très élevé.

Par contre un minimum de stabilisant sera nécessaire afin qu’il puisse remplir son rôle de protection du chlore contre les UV. Si ce minimum n’est pas atteint, le chlore sera détruit par les rayonnements UV avant que son action désinfectante n’ai pu faire son effet.

4/ Le stabilisant en chiffres

Voici les quelques chiffres à retenir concernant le stabilisant :

  • Taux de stabilisant trop faible  : inférieur à 20 mg/l (ou ppm)
    • Le stabilisant ne peut pas protéger suffisamment le chlore des rayons UV.
  • Taux de stabilisant idéal : de 20 à 30 mg/l (ou ppm)
    • Vous êtes très bon.
  • Taux de stabilisant acceptable : de 30 à 60 mg/l (ou ppm)
    • A surveiller de prêt.
  • Taux de stabilisant trop élevé : de 60 à 75 mg/l (ou ppm)
    • Surdosage, pensez à le faire baisser.
  • Taux de stabilisant excessif (saturation) : supérieur à 75 mg/l (ou ppm)
    • Il est impératif d’agir car le pouvoir désinfectant du chlore est fortement diminué, voir même quasi nul en fonction de votre taux exact.

Cet article vous a fait découvrir en grande partie le stabilisant. Dans  le prochain, que vous pouvez consulter ici, je finirai de vous présenter cet « invité » indésirable mais avec lequel il faut pourtant faire avec et comment le maîtriser.

A bientôt

 

Cet article vous a été utile ou vous a plu ?

 Mon souhait est de vous apporter de l’information utile et accessible à tous.

Si cet article n’a pas répondu à vos attentes, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires ci-dessous ou à l’aide la page Contactez-moi.

Vos remarques m’aideront à vous proposez des articles toujours plus en adéquation avec vos attentes.

Vous avez aimé l'article ?      

Merci de le partager avec vos amis sur Twitter, Facebook ou Google+, en cliquant sur les boutons des réseaux sociaux.

D'avance merci 😉

Crédit photos : © aquilus-piscines.com


Et pourquoi ne pas consulter :

Une remarque, un avis, une question ?



Devis piscine

Votre piscine pour l'été ?

C'est maintenant qu'il faut y penser

Gratuit et sans engagement

Ne manquez jamais un article

Vos cadeaux de bienvenue

Top articles : les plus lus

«Eau de piscine trouble, blanchâtre. Mais que se p...
Vues : 149.039
« Comment maîtriser le TAC de votre piscine ? »
Vues : 75.946
« Du bicarbonate pour ma piscine ? Et pourquoi pas...
Vues : 49.078
« Comment rattraper l’eau d’une piscine verte »...
Vues : 47.075

Comme des poissons dans l’eau.

Chercher un article par catégories

fermer la fenetre

Recevez gratuitement ...

Vos cadeaux de bienvenue